Réflexion sur… Finir ses jeux.

Plus le temps passe et moins j’ai de temps pour jouer. J’ai changé de boulot en début d’année, mon petit garçon grandit bien et quand j’ai du temps libre je pense aussi à lire ou regarder des séries par exemple. Du coup je me pose des questions sur pas mal de choses comme notamment l’enjeu de finir ses jeux. C’est parti pour un nouveau Réflexion sur

Jeux sans enjeu ?

Avec la profusion de jeux qui déboulent chaque mois il est techniquement impossible de jouer à tout. Surtout si comme moi on apprécie particulièrement les JRPG qui sont des jeux très longs. J’arrive donc à un point où je me sens « obligé » de choisir mes jeux. Et c’est terrible car souvent j’ai ressenti une frustration à ne pas trop accrocher à un titre qu’on avait pu me conseiller et je me « forçais » à y jouer alors que j’aurai dû passer à autre chose. La notion de plaisir de jeu était de plus en plus absente lors de mes sessions. Je me suis donc remis en question en me disant « Si je joue c’est pour le plaisir, quel intérêt de se forcer à jouer à des trucs qui ne me plaisent pas ? » et ce jour-là tout a changé.

Je n’ai fait que la run de Léon dans Resident Evil 2. Claire attend toujours son tour.

Déjà pour tout ce qui est chasse aux trophées j’ai fait une croix dessus. Ça ne m’empêche pas de tenter les platines de jeux qui me font kiffer attention ! Derniers exemples en date avec Ghost of Tsushima ou encore Fairy Tail (pour lequel je vous ai même fait un guide des trophées). Mais globalement je ne m’y intéresse plus vraiment. C’est parce que désormais je ne joue que pour le plaisir et je me suis fixé comme objectif de m’amuser tout simplement. C’est pourquoi je ne m’empêche plus de relancer des jeux que j’ai aimé (coucou Final Fantasy VII) quitte à ne pas les finir de nouveau. Je peux passer de nombreuses heures sur un titre que j’ai adoré et passer à autre chose sans regret. Mais je ne vous cache pas que cet état d’esprit n’a pas été facile à atteindre.

Il est probable que je fasse Okami de nouveau sur Series X et je ferai sans doute les 1000G…

Vous vous en doutez mais ce sentiment de frustration de ne pas aller au bout d’une aventure commencée est terrible. J’ai dû lutter de nombreuses fois pour ne pas me « forcer » de nouveau à continuer un jeu qui ne plaisait plus. J’ai eu le déclic à un moment où sur ma Series X j’ai créé un groupe avec les jeux que j’avais commencé. En fait, j’ai deux disques durs externes de 4To sur ma console et entre le Game Pass et les jeux que j’ai pu acheter sur le store ou en physique, ma collection de titres installés avoisine les 400 jeux. Alors bien sûr, certains dans le lot sont déjà terminés mais peu importe. Ce que je veux dire c’est que quand j’ai commencé à ranger les jeux que j’avais lancé au moins une fois dans un groupe « Jeux commencés… » je me suis dit que j’étais fichu. Pêle-mêle on y trouve Maneater, Bioshock Infinite, Control, Children of Morta, Assassin’s Creed Valhalla, Yakuza 6 et 7 ou encore It Takes Two. Et il ne s’agit là que des jeux que je n’ai jamais finis mais on retrouve bien sûr des titres comme Resident Evil Code Veronica, Resident Evil 2, Final Fantasy XIII, Final Fantasy X, Jet Set Radio, Naruto Ultimate Ninja Storm 3 ou encore Streets of Rage 4 que j’ai eux déjà terminés au moins une fois…

Evidemment les boosts sur FFVII aident grandement pour aller plus vite.

A ce moment-là j’ai pris conscience que je ne devais plus me prendre la tête. Si j’ai envie de jouer à un jeu que j’ai déjà fini et bien pas de souci. Je ne joue que deux heures et j’ai envie de changer ? Pas de problème non plus. Je lance un jeu que je ne connais pas encore mais il ne me plait plus au bout de 15 heures de jeu ? Pas grave je passe à autre chose. En fait j’avais le culte de finir impérativement les jeux commencés. Mais c’est idiot quand on y réfléchit car du moment où je joue pour atteindre un objectif particulier et non pour m’amuser alors le fait de jouer en lui-même perd pour moi tout son sens. Attention, je ne suis pas en train de dire que tout le monde doit penser de la sorte. Il ne s’agit bel et bien que de mon opinion personnelle qui n’engage personne d’autre que moi-même. Je me sens mieux quand je me dédouane de toute cette pression que je m’inflige tout seul en m’obligeant à tout terminer. Ce qui est physiquement impossible vu la quantité de jeux que j’ai et mon âge avancé.

Malgré la polémique, Cyberpunk me fait de l’œil. J’attends les patchs Series X pour m’y mettre.

Du coup je me sens plus serein quand je lance la console puisque je me dis que peu importe le jeu qui me fera envie, j’y jouerai. Même si ça signifie ne pas le finir et l’abandonner pendant des mois au bout de quelques heures de jeu. Je trouve que ça me correspond plus de jouer sans enjeu. D’autant que ça ne m’empêchera pas de me lancer des défis si j’accroche à un titre exigeant (je vous avoue que j’ai très envie de tester Demon’s Souls sur PlayStation 5) et pourquoi pas tenter des platines ou des 1000G si le titre m’en donne envie (il est d’ailleurs probable que je tente les 1000G pour ma nouvelle partie de Final Fantasy VII) ? Le principal pour moi reste de me faire plaisir en jouant. Dans le même ordre d’idée, je me suis fait une réflexion importante récemment que je tiens à partager avec vous :

 « Il faut arriver à se détacher de ce qu’on a envie qu’un jeu propose et de simplement l’apprécier pour ce qu’il est. »

Le jour où j’ai pris conscience de ça mon regard sur chaque titre que je lançais était différent. Pour en avoir parlé avec des amis je pense vraiment qu’il faut y venir pour éviter de vouloir des choses trop différentes de la réalité. Et évidemment, ce propos peut s’appliquer à n’importe quel média (film, série, roman, manga…) et même pour tout le reste.

Monster Hunter Stories 2 est vraiment un des seuls jeux qui me hype à mort en ce moment !

Conclusion

Pour finir, je dirai que ce travail sur moi-même m’a beaucoup aidé à apprécier de nouveau pleinement le média du jeu vidéo. C’est difficile pour un être humain de se dire qu’il ne pourra pas jouer à tout, lire tous les livres du monde ou encore voir toutes les séries. Il faut en prendre conscience pour pouvoir s’éclater sans contrainte. Aujourd’hui je passe d’un jeu à l’autre sans problème ni frustration (et j’avoue que la fonction Quick Resume est d’une grande aide) et je me sens bien mieux. A moi les heures de plaisir sur des jeux que je connais (ou pas).

Et vous, c’est quoi votre rapport avec le jeu vidéo ?

Romain Boutté
Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)
Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

2 commentaires sur “Réflexion sur… Finir ses jeux.”

  1. Avatar

    Un sujet intéressant. Quand on aime les jeux vidéo, il est naturel d’avoir envie de finir ses jeux, voire de les platiner. Les objectifs à atteindre font partie du plaisir de jouer. Mais effectivement, ça devient problématique quand on n’en a plus forcément le temps et l’envie, et que ça risque de transformer la passion en corvée. Ça doit vraiment être un cap difficile à franchir au début, mais ravie que tu aies trouvé un équilibre.

    1. Romain Boutté

      Clairement le sujet est intéressant tant finir ses jeux est devenu une obsession chez certain(e)s. Comme tu le dis c’est humain de vouloir terminer quelque chose qu’on a commencé mais comme tu le soulignes si bien le manque de temps ou de motivation peut faire basculer la balance.
      Dans tous les cas je suis ravi d’avoir réussi à ne plus trop me forcer à finir des jeux qui ne m’attirent plus. Et oui passer à cet état d’esprit n’est pas si aisé je te le confirme.

      Merci de ton soutien et de ton message. :)

Laisser un commentaire