Critique d’Immortals Fenyx Rising [Series X]

Parfois il y a des jeux qui m’attirent au premier regard. Et parfois c’est une fois qu’ils sont sortis alors qu’ils ne m’intéressaient pas auparavant. Et c’est le cas d’Immortals Fenyx Rising. Autrefois nommé Gods and Monsters, je n’en avais cure car je ne le voyais que comme une simple copie de Breath of the Wild sans âme. Sauf que depuis j’ai été intrigué. Il faut dire qu’il s’est fait un peu descendre à sa sortie et qu’il a rapidement baissé de prix. Du coup, comme il me faisait de plus en plus envie j’ai craqué pour une version Xbox One à 40€ pour y jouer sur ma Series X flambant neuve. Et après une cinquantaine d’heures de jeu au compteur pour en voir le bout, il est temps de vous en parler un peu.

Immortals Fenyx Rising ou la bonne surprise de fin 2020

J’ai lu un peu partout que le jeu se contentait de reprendre les mécaniques du dernier Zelda sans en avoir le charme. Et j’ai rarement lu quelque chose d’aussi erroné. Bien sûr, il serait faux de dire que le jeu d’Ubisoft ne reprend pas le gameplay du hit de Nintendo mais ce serait hypocrite de ne juger le titre que là-dessus. Déjà parce qu’à l’instar de Breath of the WildImmortals Fenyx Rising est une invitation au voyage. C’est simple, très vite on se prend à se balader dans des décors somptueux et variés pour tenter de découvrir des choses à faire, des trésors à trouver ou même simplement pour voir du paysage. Et c’est là pour moi une des forces du titre. Bien sûr, comme c’est Ubisoft aux commandes, il y a des tas d’activités annexes. Mais pour une fois on ne se sent pas obligé de les faire. D’abord parce que même si on retire le brouillard de guerre dans les nouvelles zones, les points d’intérêt n’apparaissent que si vous les cherchez. Cela évite de surcharger une carte parfois déjà bien remplie d’objectifs. Parce que notre personnage, Fenyx, va avoir pas mal de choses à faire et croyez-moi il y a de quoi s’occuper.

Phosphore sera un allié plus que précieux !

Le pitch est simple. Typhon, un des Titans, décide de tuer les Dieux (dont son plus fidèle et emblématique représentant : Zeus) et de détruire la frontière entre la Terre et les Enfers par le biais de passages s’ouvrant sur le Tartare. Simple et efficace. Et du coup notre pauvre héroïne (j’ai choisi de prendre une femme mais on peut tout aussi bien choisir un homme) se retrouve embarquée dans une histoire certes classique (sauver le monde de la destruction) mais efficace. Efficace surtout par son parti-pris. Puisque si l’on vit cette aventure, elle est en fait racontée par Prométhée à Zeus. Si jamais vous l’ignorez (tout le monde ne connaît pas la mythologie grecque), Prométhée est en fait celui qui a dérobé le feu aux Dieux pour le donner aux Hommes. Pour le punir, Zeus l’a enchaîné à un rocher tandis que tous les jours, un aigle vient lui dévorer le foie. Ce dernier repousse chaque nuit, lui infligeant ainsi une douleur continue et un châtiment éternel. Forcément les deux personnages ne s’aiment pas et leur duo s’en ressent. Les piques fusent et si parfois l’humour peine à faire sourire, il y a de beaux moments plutôt drôles. Personnellement j’ai bien aimé, surtout que dans la version française, Zeus est doublé par Lionnel Astier, célèbre pour son personnage de Léodagan de Carmélide dans Kaamelott. J’ai lu pas mal d’avis sur le net et pas mal de personnes trouvent que les dialogues ne font pas mouche mais je trouve que ça reste vraiment subjectif. Si on accroche c’est vraiment sympa !

Evidemment on peut dompter des montures pour se déplacer plus vite.

D’ailleurs, l’ambiance sonore de manière générale est à mon sens réussie. Les musiques mettent dans l’ambiance et savent se faire discrètes quand il faut et les bruits dans l’environnement sont très bons. J’ai vraiment pris plaisir à parcourir l’île d’or. Les nombreux ennemis qui jalonnaient ma route ont bien sûr succombés à la lame de Fenyx. Franchement, dans les faits on est très proches de ce que peut proposer un Assassin’s Creed avec le système de lock, d’esquive et de parade. La nouveauté c’est plus les combos aériens (je rappelle que Fenyx possède les ailes d’Icare). On s’y fait rapidement parce que ces satanées harpies sont un fléau avec leurs attaques à distance ! Et puisqu’on parle du bestiaire il est vraiment super. On retrouve vraiment les monstres mythologiques connus comme les gorgones, les minotaures ou encore les cyclopes. Il y a aussi des animaux plus classiques comme des sangliers, des ours ou encore des lions. Et toute cette faune représente souvent un bon moyen de casser le rythme de la simple exploration en ajoutant de l’action. Les ennemis sont nombreux (notamment aux différents points d’intérêt) mais pas en surnombre comme on aurait pu le craindre. Je trouve vraiment qu’Immortals Fenyx Rising est bien dosé. Au final à aucun moment je ne me suis dit que je combattais trop souvent. Et c’est vraiment un bon point.

Les combats sont violents et souvent avec de jolis effets de lumière !

D’autant que les combats sont intéressants du fait des nombreuses capacités de Fenyx. En réussissant des défis on peut gagner des pièces de Charon, qui permettent d’acquérir de nouvelles compétences (ou de renforcer celles possédées). On peut également parler des armes et armures qui peuvent gagner en puissance grâce à des minerais trouvés un peu partout. Le système de potions pour se soigner ou se renforcer est également bien pratique. On peut ainsi ramasser des fleurs et des fruits un peu partout pour les concocter dans le chaudron de Circée. De manière générale tout le gameplay est peaufiné et peut rarement être pris en défaut. Il en va de même pour les différentes énigmes qui parsèment l’aventure de Fenyx. Si l’affiliation avec Breath of the Wild ressort régulièrement (notamment avec les systèmes de boules et le pouvoir de soulever des objets), le titre d’Ubisoft arrive tout de même à se démarquer et j’ai vraiment pris du plaisir à les résoudre, même si une fois ou deux j’ai pesté contre des mauvaises manipulations ou une caméra parfois un peu capricieuse.

Les Gorgones sont des adversaires « classiques » qu’on retrouve un peu partout sur l’île.

Je dois dire sinon que le jeu est vraiment somptueux. Les décors sont vraiment magnifiques (les personnages manquent par contre légèrement de cachet mais bon) et on quand on grimpe tout en haut d’un monument on voit vraiment très loin. Un vrai plaisir sur Series X. Même chose pour les chargements lors des téléportations qui durent moins de dix secondes, permettant ainsi de conserver un bon rythme de jeu. Le plaisir de jeu répond présent et la puissance de la machine renforce ce dernier. Techniquement le titre est vraiment réussi et ne peut pas vraiment être pris en défaut. Alors bien sûr, l’inspiration évidente pourra en freiner certain(e)s d’entre vous mais je crois que passer à côté d’Immortals Fenyx Rising est une erreur, qu’on soit fan ou pas de la dernière aventure du héros de Nintendo. La durée de vie est d’ailleurs plus que correcte sans être démesurée ce qui est appréciable. Les « puits du Tartare » (qui sont dans la veine des sanctuaires du jeu de Big N) sont nombreux mais pas en surnombre. En clair, on en a pour son argent.

Notez la profondeur de champ incroyable.

Conclusion

En proposant une aventure presque calquée sur celle de Breath of the Wild, Ubisoft prenait un gros risque. A titre personnel j’ai adoré le jeu que j’ai trouvé drôle, rafraichissante et vraiment agréable à prendre en mains. Il n’invente rien mais ce qu’il reprend ailleurs il le fait bien. D’autant que si on pouvait avoir peur de frôler l’indigestion avec le contenu annexe il n’en est rien tant celui-ci est bien dosé. Clairement je vous le conseille, surtout qu’à cause des critiques subies, le jeu a bien baissé de prix. Une excellente surprise disponible sur tous les supports du moment (l’optimisation Series X étant bien évidemment prise en charge gratuitement à partir de la version One). En bref, si vous souhaitez vous évader dans un monde inspiré de la mythologie grecque et retrouver les sensations ressenties sur Breath of the Wild alors foncez vous ne le regretterez pas. Dépaysement et sensations garanties.

Romain Boutté
Suivez-moi !
Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)
Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

2 commentaires sur “Critique d’Immortals Fenyx Rising [Series X]”

  1. Avatar

    Hello, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton test ! Tu n’es pas le premier à affirmer que le jeu est meilleur qu’on le prétend, et je dois dire que tu m’as bien donné envie de tenter l’expérience. Après tout, j’avais bien aimé Zelda BOTW, et j’adore la mythologie grecque :)

    1. Romain Boutté

      Hello ! Merci à toi ça me fait plaisir de lire ça. Tant mieux si je t’ai donné envie d’essayer ! N’hésite pas à me dire ce que tu en penses si jamais tu te lances.

      Merci pour ton retour en tout cas. :)

Laisser un commentaire