Kaamelott ou la délirante quête du Graal

Kaamelott LogoS’il y a bien une série humoristique française qui mérite sa renommée c’est sans hésiter Kaamelott du génie (si si génie! Et je pèse mes mots) Alexandre Astier. A mes yeux c’est tout simplement une des meilleures séries jamais créé. Rien que ça me direz-vous! Mais en même temps vous allez vous rendre compte (si ce n’est pas déjà fait!) pourquoi en lisant ces quelques lignes. Aller, direction l’île de Bretagne!

L’épique quête du roi Arthur dans Kaamelott

Un délire constant

Le pitch de départ est simple, il s’agit de raconter la légende du roi Arthur de manière humoristique. Ce dernier, en quête du Graal, sera entouré de chevaliers l’aidant à trouver le récipient légendaire (ou la pierre incandescente on ne sait plus trop!). Simplement, ici, on est plutôt non pas dans une équipe de légende mais plutôt dans une équipe de bras cassés. Hormis ArthurLancelot et le beau-père du roi : Léodagan, il faut bien admettre que les débiles sont de sortie! Entre Perceval et Karadoc ou encore Merlin il faut bien avouer que le roi est plutôt mal entouré pour sa mission sacrée. Tout est sujet à rire, les réactions des différents personnages (tous incarnés à la perfection), les dialogues ou encore les situations. Kaamelott c’est la promesse de rire à chaque instant.

Kaamelott Roi ArthurAlexandre Astier et Kaamelott, le coup de maître

Là où la série fait fort, plus que par l’humour omniprésent, c’est par ses décors et personnages extrêmement bien travaillés. Chaque rôle a été choisi avec soin et on imagine difficilement quels autres acteurs auraient pu jouer les rôles de ceux présents dans la série. A titre personnel j’adore les personnages d’Arthur (Alexandre Astier) et Perceval (Franck Pitiot). Arthur est le seul personnage qui comprend ce qui se passe et je trouve ça délirant qu’il n’arrive pas à se faire comprendre. L’idée de transposer un langage contemporain à cette époque aide aussi à se mettre dans l’ambiance. Si la série au départ (les 4 premières saisons) n’est qu’une succession de petits épisodes de 3 minutes avec un gag ou une histoire en particulier, les choses changent complètement avec la cinquième saison. Place à des épisodes de 45 minutes avec une vraie évolution dans le scénario. En fait, depuis la troisième saison, Alexandre Astier avait mis en place une trame scénaristique qui évoluait petit à petit au fil des épisodes (notamment les relations entre les différents personnages). Ce format de 3 minutes ne lui convenant plus, il a préféré passer à un format de série télé « type