Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas logo et personnages principaux prennent la pose

Nous vous l’avions annoncé il y a quelques jours mais Band of Geeks avait recu une copie du jeu Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas sur PlayStation 4 grâce à la confiance de FGD Entertainment. C’est donc l’heure du verdict avec un test rédigé à chaud immédiatement après avoir terminé le jeu. Prenez votre bateau on y va !

Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas : un hommage à Zelda

C’est dans les vieux pots…

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas héros sur l'île désertique à côté du point de sauvegarde

A sa sortie sur PC, beaucoup de joueurs ont reproché à Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas sa trop forte ressemblance avec la série The Legend of Zelda et particulièrement avec l’épisode Wind Waker pour son côté navigation. S’il est clair que les influences sont là, il vaut mieux voir le jeu comme un hommage à la série de Nintendo plutôt qu’un simple (et honteux) plagiat. Passé ce détail important à souligner, parlons du jeu proprement dit. L’histoire débute sur une île où le père de notre héros part lorsque ce dernier dort afin d’aller affronter le monstre légendaire Oceanhorn qui terrorise le monde depuis des années. Notre héros se réveille et constate que son paternel manque à l’appel. Un des amis de ce dernier va lui expliquer que son destin est de le retrouver et de mettre la main sur les trois emblèmes permettant d’anéantir Oceanhorn. Si vous pensiez trouver un scénario complètement fou je préfère vous arrêter de suite, on est dans le classique ! Mais pourquoi pas après tout ? Un peu de légèreté « à l’ancienne » (comprenez 16-bits) ça ne fait pas de mal de temps en temps. Notre héros va donc devoir trouver l’épée de son père ainsi que son bouclier avant de partir à l’aventure. Le monde est composé d’une multitudes d’îles plus ou moins grandes et pour s’y rendre, notre héros va utiliser un bateau. Mais contrairement à Wind Waker les déplacements sont automatiques. Vous sélectionnez l’île sur laquelle vous souhaitez vous rendre et votre embarcation vous y mènera tambour battant. Votre seule occupation durant le voyage sera de détruire poulpes et caisses avec un fusil.

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas le héros sur son bateau tire sur un poulpe
Les voyages en bateau sont moins immersifs qu’espéré. Dommage.

3D isométrique

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas le héros et l'ami de son père discutent

Graphiquement, Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas est agréable et coloré. Le parti-pris de la 3D isométrique fonctionne plutôt bien même s’il arrive parfois que l’on ne voit pas un ennemi embusqué derrière un élément du décor. De même, les ennemis sont généralement assez simples à combattre. L’épée permet de se débarrasser d’eux en quelques coups. Sinon vous pourrez toujours compter sur l’arc, les bombes ou vos pouvoirs magiques pour en venir à bout ! Les ennemis volants sont assez difficiles à atteindre parfois mais leur jeter un objet (vase, tonneau, pierre…) les éliminera facilement puisque votre personnage ajustera son jet pour les toucher. Pratique. Attention toutefois à certains ennemis plus puissants que la moyenne si vous souhaitez les affronter à l’épée. Une jauge d’endurance vous permettra de courir ou d’utiliser de la magie (feu, glace…) que vous débloquerez au fur et à mesure de l’histoire. Si les herbes hautes et les vases renfermeront souvent des potions de mana pour vous requinquer, on regrettera que cette jauge fonde comme neige au soleil surtout quand vous sprintez ou utilisez votre bouclier. Vous aurez en tout cas fort à faire puisque chaque île vous proposera différents défis (que vous pouvez bien sûr réaliser quand bon vous semble pour la plupart) comme tuer un ennemi avec une caisse, dépenser 2000 pièces d’or au magasin ou encore casser une caisse en bois avec les bottes crampons. Chaque défi réussi vous octroiera un trophée mais également de l’expérience pour votre héros. Et c’est là une des différences avec Zelda.

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas le Boss du temple de la forêt
Bien entendu les donjons vous feront affronter des Boss !

Identité propre

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas arrivée au village de Tikarel

En effet, la plus grande différence avec le jeu dont il s’inspire c’est qu’Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas propose un système de niveau dans la veine d’un RPG. Chaque ennemi tué rapporte des cristaux d’expériences mais très vite vous allez comprendre qu’il vous faudra relever les différents défis pour faire grimper vos niveaux. Car même les plus gros ennemis rapporte une quinzaine de cristaux alors qu’il vous faudra des centaines de points pour passer un niveau. Les défis les plus coriaces pourront vous rapporter par exemple 500 points ! De plus, à chaque niveau atteint vous changez de rang d’aventurier, ce qui vous octroie un bonus (porter plus de flèches, jauge d’endurance qui baisse moins vite…). Et si le scénario ne brille pas par ses milliers de cinématiques, sachez tout de même que le jeu a l’insigne honneur d’être traduit en français (avec des voix anglaises). Quand à l’ambiance sonore elle n’est pas en reste avec de très jolis thèmes dont certains sont même signés Nobuo Uematsu à qui l’on doit de nombreux thèmes des Final Fantasy (dont les épisodes VII et IX par exemple). Inutile donc de vous préciser qu’à ce niveau-là on est bien immergé ! Si le jeu ne regorge pas de quêtes annexes, trouver tous les quarts de coeur, les pierres de sang ou encore pêcher tous les poissons différents risque de vous occuper un bon moment !

Oceanhorn - Monster of Uncharted Seas le héros pêche
Ha la pêche. Un incontournable !

Conclusion sur Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas

Que penser donc de cet Oceanhorn – Monster of Uncharted Seas ? Si son modèle n’est pas égalé, il n’a pas à rougir devant l’aventure qu’il propose puisque ses graphismes colorés et son ambiance sonore travaillée font clairement le job. De même, si le gameplay rappelle également le titre dont il s’inspire, les ajouts RPG sont les bienvenus, de même que le système de défis. Alors certes, l’aventure n’est pas bien longue (comptez une dizaine d’heures sans les quêtes annexes, moins d’une vingtaine avec) mais elle a au moins le mérite de ne pas faire traîner les choses. Les puzzles qui parsèment les donjons ne sont pas d’une difficulté insurmontable mais vous feront réfléchir. Pour une quinzaine d’euros il serait en tout cas dommage de passer à côté de cet excellent Zelda-like surtout si vous êtes fan à l’origine des aventures de l’elfe tout de vert vêtu.

Pour plus d’informations sur le jeu, n’hésitez pas à consulter son site officiel.

Graphismes:3 Stars
Gameplay:3 Stars
Bande-son:4 Stars
Durée de vie:2.5 Stars
Note finale:3 Stars

Romain Boutté
Suivez-moi !

Romain Boutté

Fan de FFVII et de la série Zelda j'adore les jeux vidéo en général et les J-RPG en particulier. J'aime les mangas, les séries télé et tout ce qui touche à la "geekerie". N'hésitez pas à me contacter pour discuter j'aime parler de mes passions ! :)
Au plaisir !
Romain Boutté
Suivez-moi !

Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *