Jeune femme qui joue à la console sur un sofa

Nouvel article un peu sérieux aujourd’hui, la place des femmes dans le jeu vidéo. C’est un sujet casse-gueule j’en conviens et il est probable que je m’attire les foudres de quelques (dizaines?) de personnes mais je tente quand même ma chance. J’ai envie de parler de ça et je vais essayer d’englober un maximum de choses même si le sujet a déjà été traité de nombreuses fois. C’est parti pour un nouveau « Réflexion sur… » !

Les femmes et le jeu vidéo : Où en est-on ?

Un peu d’histoire…

« L’homme qui sauve la faible femme » ça a été « normal » pendant toute mon enfance…

A l’époque où j’ai commencé à jouer, à l’ère 8-bits, je possédais la Master System et dans ce temps-là, les filles qui tenaient une manette n’étaient vraiment pas nombreuses. Il faut dire que le média était vraiment vu comme « un truc de garçon ». Bien sûr certains éditeurs tentaient des choses pour attirer un public féminin mais leur vision de la fille était relativement cliché (du rose partout!) avec des jeux qui n’en étaient pas vraiment (les titres Barbie par exemple). De mémoire, non seulement les filles que je connaissais ne s’intéressaient pas spécialement à cet univers mais si c’était le cas elles subissaient des moqueries du style « Les filles ça ne joue pas à la console ! » ce qui est avouons-le, totalement sexiste. Pendant longtemps, malheureusement, ce genre d’idées reçues terribles a eut la vie dure. L’arrivée de la PlayStation a commencé à attirer un public différent et les femmes y avaient un peu plus de place je trouve. Même si à ma grande honte j’avais été surpris d’apprendre qu’une de mes camarades de classe de collège jouait régulièrement. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai pu mettre la main sur Final Fantasy VII (et le garder ensuite par un échange définitif contre Fighting Force). Attention ce n’était pas de l’intolérance de ma part mais une réelle surprise parce qu’à l’époque, j’étais vraiment conditionné pour croire que les jeux vidéo n’étaient faits que pour les garçons. Il faut dire, à ma décharge, de nombreuses personnes (avec une majorité de filles) disaient des jeux vidéo que « c’est pour les gamins » ! Et quand on connait la richesse de certains titres de l’époque où les scénarios n’ont rien à envier au cinéma forcément on le prend plutôt mal. Mais il faut dire que l’image de la femme dans les jeux vidéo n’était pas flatteuse à l’époque

Peach s'insurge en anglais contre le fait que Bowser la kidnappe
Tu as raison Peach, c’est à Bowser d’arrêter de te kidnapper, pas à toi de faire attention !

Une image de la femme … spéciale

Final Fantasy VII Aerith prend la pose
Aerith, une femme bien plus forte qu’il n’y parait !

Je ne vous apprendrai rien mais dans les jeux vidéo, la femme a souvent été hypersexualisée, à l’instar de ce qu’on peut trouver dans l’univers du manga par exemple. On voyait très peu d’héroïnes à l’époque et elles étaient toutes éclipsées par des héros masculins auxquels les jeunes garçons pouvaient bien s’identifier. La première a m’avoir réellement marqué, comme beaucoup je pense, c’est Lara Croft. Alors oui, en bon adolescent que j’étais j’ai moi aussi été « attiré » (si je puis dire) par ses seins disproportionnés (encore qu’ayant découvert la saga avec le deuxième volet ce n’était pas celui où c’était le pire…). Mais passé cet état de fait j’ai découvert une héroïne badass, forte et intelligente qui contrastait vraiment avec la manière dont était alors dépeinte la femme, à savoir faible, qui se fait kidnapper sans cesse et qui a besoin d’un homme pour la protéger. Alors bien évidemment les développeurs ont quand même énormément joué sur son aspect physique (avec une Lara qui avait des seins tellement énormes à la fin que c’en était ridicule). Malgré tout elle faisait office de figure de proue pour les femmes qui pouvaient enfin espérer être autre chose qu’une potiche dans un jeu vidéo. Mais au final la révolution n’a pas vraiment eut lieu. Bien sûr il y a eut des exceptions avec des femmes au caractère fort, notamment dans les RPG, mais elles restaient minoritaires. Ainsi, une Aerith de Final Fantasy VII ou une Rinoa de Final Fantasy VIII étaient bien plus que de simples potiches quand on creuse un peu. Ce sont d’ailleurs des personnages que j’apprécie particulièrement. Dans les productions récentes je ne peux que mentionner Kaine du mythique NieR qui a même encore plus de caractère que le héros (malgré son accoutrement spécial je le reconnais…). Je n’ai pas encore testé NieR Automata mais il semblerait que 2B ait également un caractère bien trempé.

D’héroïne à joueuse

Tomb Raider Lara Croft
Lara Croft, une des premières « femme forte » du jeu vidéo.

Si l’image de la femme dans le jeu vidéo l’a toujours placée comme icône sexuelle et désirable (l’excellent The Witcher 3 et sa Yennefer à la plastique parfaite en témoignent), elle a parfois réussi à dépasser le statut de simple potiche. Yennefer par exemple, pour en reparler, possède en plus de son physique avantageux, une puissance incroyable qui dépasse même (si j’en crois les livres) celle de Geralt, le héros du récit. Mais avant d’en arriver là il y a eut de nombreux jeux qui ont attisé l’envie des femmes de tenir une manette. Un jeu a été qualifié de « pour filles » de nombreuses fois alors qu’il recèle des trésors de gameplay et je veux bien entendu parler des Sims. J’avais déjà dit dans mon coup de gueule sur l’élitisme que ce jeu n’a pas à être qualifié de « pour filles » mais je le redis ici. Au cas où. S’il est vrai que c’est majoritairement la gent féminine qui y joue, l’intérêt est bel et bien là pour n’importe quel joueur appréciant les jeux de gestion. Je ne sais pas si c’est grâce à Internet que j’en entend plus parler ou si cela est effectif depuis plus longtemps mais le nombre de joueuses est en constante augmentation. Et beaucoup d’entre elles jouent d’ailleurs à des titres qui visent à la base un public masculin (je parle notamment des FPS type Call of, Destiny ou Battlefield) ce qui tend à démontrer que lier un genre de jeu à un type de personne est ridicule. Par exemple je ne suis vraiment pas fan des FPS qui ne se concentrent pas sur un bon mode solo (Bioshock…) est-ce que cela fait de moi une fille ? Bien sûr que non. Je ne vois donc pas pourquoi chacun ne pourrait pas jouer à ce qui lui fait envie. Nous sommes tous différents et l’intérêt croissant que portent les femmes au jeu vidéo est à mon avis bénéfique à l’industrie. Je suis pour ma part ravi que de nombreuses joueuses partagent leurs expériences vidéoludiques parce que cela me permet d’avoir de nombreux interlocuteurs en plus pour discuter de mon média favori.

The Witcher 3 Yennefer utilise la magie
Yennefer, belle mais dangereuse avec une personnalité très développée !

Du changement à venir ?

Femme blonde allongée en culotte joue à la Xbox
C’est bien connu, toutes les femmes jouent comme ça ! Ho wait…

Ce qui est intéressant c’est que la place et l’image de la femme dans le jeu vidéo sont en train d’évoluer. Entre les joueuses qui sont de plus en plus nombreuses et actives sur le net via des réseaux de streaming type Twitch et celles qui font carrière dans la création et le développement de jeux, l’industrie est obligée de changer son fusil d’épaule. En effet, même si de nombreux personnages féminins sont aujourd’hui toujours hypersexualisés (Cindy dans Final Fantasy XV par exemple) il a été admis que leur rôle ne devait plus se résumer à être de simples potiches sexys. J’en veux pour preuve les derniers Tomb Raider qui nous montrent une Lara plus humaine, moins sexualisée et qui fait preuve de force physique et morale pour relever les épreuves qui se dressent sur sa route. Je pourrai mentionner également la sympathique Aloy de Horizon Zero Dawn qui met à l’amende la quasi totalité des hommes du jeu. Dans le registre femme/enfant on peut bien sûr parler d’Ellie de The Last of Us ou de l’héroïne de Life is Strange (même si j’avoue ne pas l’avoir essayé) qui sont des personnalités fortes. Et c’est là où ce type de production semble augurer d’un futur plus agréable pour l’image de la femme dans ce média. Bien sûr il faudra encore beaucoup d’efforts de la part des développeurs, éditeurs et même des joueurs pour en arriver à une égalité parfaite et même si je sais que c’est peu probable j’ai envie d’y croire. Alors oui, comme dans la vraie vie il faudra compter avec des personnages féminins superficiels et hypersexualisés à outrance mais si on tend vers des univers toujours plus fidèles au notre alors il vaudrait peut être mieux que cela ne soit pas la majorité. Pour un souci d’équité et de crédibilité. En tout cas j’espère fortement que l’image de la femme va continuer d’évoluer dans le bon sens. Je trouve d’ailleurs dommage que le combat de nombreuses femmes joueuses soit décrédibilisées par quelques femmes qui jouent de leur physique sur Internet pour obtenir de l’argent (sur Twitch par exemple) et attirer le jeune homme en manque. L’image globale s’en trouve ainsi malheureusement ternie.

Horizon Zero Dawn Aloy et son armure ultime
Aloy, un autre exemple de femme forte avec une personnalité travaillée. Il faut plus de personnages féminins intéressants !

Conclusion

Voilà, cet article est terminé. J’espère n’avoir froissé personne ce n’était pas le but. Je tiens simplement à rappeler qu’il s’agit d’un blog et de mon avis personnel. Bien sûr qu’en tant qu’homme j’apprécie toujours de voir une jolie femme et si elle est un peu sexy et en joue c’est bien mais je crois qu’il ne faut pas abuser de cette image. Je suis adulte et je fais la différence entre fiction et réalité mais ce n’est probablement pas le cas des plus jeunes d’entre nous qui forgent encore leur identité et leurs envies. Ce type d’image leur montrant des femmes-objets qu’il faut défendre pour séduire est à mon sens un peu néfaste. De même que la pornographie donne une mauvaise image de ce que doit être le sexe (même si c’est un autre débat), le jeu vidéo se doit désormais de montrer une égalité entre hommes et femmes. Je souhaite en effet que mon fils grandisse dans un monde où l’un des sexes ne domine pas l’autre sans raison. Egalité des sexes doit rimer avec normalité. Espérons donc que le jeu vidéo tente d’ouvrir la voie vers un monde plus juste.

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, n’hésitez pas à réagir en commentaires si j’ai dit quelque chose qui vous a choqué ou sur laquelle vous avez simplement envie de rebondir. Ce genre de sujet est aussi fait pour partager les opinions entre intéressé(e)s.

Romain Boutté
Suivez-moi !

Romain Boutté

Fan de FFVII et de la série Zelda j'adore les jeux vidéo en général et les J-RPG en particulier. J'aime les mangas, les séries télé et tout ce qui touche à la "geekerie". N'hésitez pas à me contacter pour discuter j'aime parler de mes passions ! :)
Au plaisir !
Romain Boutté
Suivez-moi !

Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

12 commentaires sur “Réflexion sur… La place de la femme dans le jeu vidéo

  1. Je n’ai pas grand chose à dire sur le sujet car je partage ta vision des choses donc je n’ai rien à soulever pour débattre.
    Je peux juste apporter de l’eau à ton moulin en disant que j’ai toujours joué, depuis toute petite. J’ai commencé sur la Super Nes et la Mega Drive simultanément.
    Je m’aperçoit en fait que j’ai eu bcp de chance. Mes parents étaient des joueurs occasionnels qui ont tjs un peu joué, notamment sur Amstrad, du coup ils se sont procuré une Mega Drive dont ma soeur et moi avons pu profiter. A côté de ça, ma grand mère nous avait offert à Noël la Snes à mes cousins, ma soeur et moi. Du coup on trouvait tous les prétextes pour ce réunir chez elle et jouer ensemble.
    Depuis, j’ai continué car ma grand-mère a eu la bonne idée quelques années plus tard d’ajouter la N64, puis encore plus tard je me suis moi-même acheté la Game Cube avec mon argent de poche. A cette époque j’étais au lycée et je me rappelle que quelques collègues de classe avaient été choqués d’apprendre que je possédais une console et que je jouais aux JV. Sur le coup, je m’étais dit « chouette, je vais pouvoir échanger avec de nouvelles personnes sur un sujet que j’aime, et peut-être me faire de nouveaux amis ». D’autant qu’à cette époque j’avais du mal à trouver ma place, je ne m’entendais pas vraiment avec les filles en général et je préférais largement la compagnie des garçons. Malheureusement, j’ai été très déçue de ces camarades, qui n’ont jamais voulu pousser plus loin la discussion avec moi, parce qu’ils préféraient le faire entre eux.

    Bref sinon très bon article, tu couvres bien tous les aspects du problème, tant sur le plan des personnages de JV que les joueuses. ;)

    1. Merci pour ce commentaire, ravi que l’article t’ait plu. Dommage pour tes camarades qui n’ont pas souhaité partager plus de choses avec toi je ne comprends pas pourquoi. :(

  2. Très bel article !
    Pour ma part je joue au jeux vidéo depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, ma première console étant la Game Boy (pour toute la famille) et après j’ai un eu PlayStation. Je n’ai jamais était attiré par les jeux dit « de filles », mis an part les Sims. Je me rappelle des après-midi passé avec 2 amis où l’on se bastonnait sur 007 sur N64 ou encore Halo sur la XBox. Et je dois dire que ça a fait a culture videoludique, car j’apprécie toujours un bon FPS, mais je ne rechigne pas non plus à un bon jeu de plateforme beaucoup plus simpliste. Personnellement, je me considère comme une gameuse accomplie, touche à tout, et si cela ne plait pas aux autres qu’une femme joue autant (ce qui est d’ailleurs un problème an la maison quand t’es deux gameurs avec un seule télé pour plusieurs console), qu’il aille se faire voir.

    1. Merci pour ce commentaire et pour le compliment !

      On a tous un passé videoludique différent et c’est ce qui est intéressant, c’est bien que tu joues autant que tu as envie, ce serait dommage de te restreindre à cause du « qu’en dira-t-on ? » ;)

  3. Y a juste un truc qui me dérange. Pourquoi une gameuse, si elle est belle, féminine et sexy, si elle s’assume doit obligatoirement être slut shamer (comme tu le fais dans cet article, tu blâmes la fille plutôt que le comportement des mecs en manque) ? Donc quoi, elles doivent rester en col roulé? Parce qu’attention si elles montrent leurs corps, c’est ELLES qu’on blâme, plutôt que la centaine de cretins que ça rameute qui BALANCE de l’argent parce que la simple vision d’un décolleté les excitent?
    Ton article prouve juste qu’il y a un réel problème et que la femme n’est jamais LIBRE de faire comme elle l’entend sans être jugée à tort et à travers. Un gameuse devrait pouvoir assumer sa féminité, streamer dans la tenue qu’elle veut, se prendre en photo dans la tenue qu’elle veut, se mettre en valeur. Au même titre qu’un homme. Bref. Triste.

    1. Merci d’avoir pris le temps de rédiger un commentaire. Alors attention à aucun moment je ne dis qu’une femme ne peut pas s’habiller comme elle le souhaite ! Je parle là des femmes qui délibérément montrent leurs formes pour obtenir de l’argent. Après bien sûr, dans le cas où une fille s’habille un peu sexy parce qu’elle en a envie et que des crevards viennent la reluquer pour l’insulter ou autre c’est différent ! A aucun moment je ne cautionne que des hommes considèrent une femme comme de la viande au contraire !

      Moi je suis pour l’idée que chacun dispose de son corps comme il l’entend, ça implique donc que si des femmes veulent user de leurs charmes pour gagner de l’argent via Twitch et compagnie ça les regarde, simplement ça ne renvoie pas une super image de la femme et c’est ça que je condamne.

      A savoir que je trouverai autant scandaleux qu’un homme juste parce qu’il est beau gosse s’exhibe et montre son corps pour récolter du pognon.

  4. Très chouette article et merci à toi de rendre ton avis public. Je rebondis sur ce que tu as dit au sujet de PlayStation et de sa féminisation de leurs jeux notamment grâce à notre belle Lara. Alors que Sony s’est dirigé vers une nouvelle ère, Nintendo quant à eux ont décidé tout autre chose. La disparition de la Game Boy, certainement à cause de son nom à fait naître la DS, qui depuis les débuts s’est orientée vers un univers de jeux à la limite du cliché. Lea Passion, Cooking Mama, Nintendogs, et j’en passe. Étant gamine je jouais à la game boy et ses jeux ne m’ont jamais fait penser qu’elle était exclusivement destiné aux garçons. La DS et peu à peu la Wii, m’ont donné une mauvaise image de ce qu’était devenu le géant du jeu vidéo. Ils avaient oublié leurs joueurs et joueuses d’époque. J’en viens donc à parler de la Switch qui fait un petit retour en arrière grâce à des jeux plus adultes et plus unisexe, c’est pour ça que je l’aime tant.

    1. Merci de m’avoir lu et d’avoir pris le temps de laisser un commentaire ! Je suis d’accord pour dire que Sony a quand même toujours eut un regard plus adulte et moins « genré » sur les jeux. Content que l’article t’ait plu en tout cas ! ;)

  5. J’ai juste quelques remarques à faire, après ce très bon article. D’abord, le passé composé du verbe avoir c’est eu, sans T, j’ai eu, il a eu, ces jeux ont eu… avec un T c’est le passé simple, il eut, elle eut. C’est rédhibitoire et ça me gêne un peu, déso pas déso ^^

    Ensuite, à propos des images utilisées, s’il est vrai que Dead or Alive version Beach Ball est monstrueusement sexiste et beauf (comme l’a très bien expliqué Karim Debbache dans son Crossed sur DoA, le film https://www.youtube.com/watch?v=H6Llcz6EntM), le jeu de combat originel semble (j’y ai pas joué) plutôt intéressant en termes de narration et de gameplay… malgré les opulentes poitrines il est vrai.

    Soul Calibur en revanche, déploie une narration et un univers incroyablement riche et s’il est vrai que les femmes y ont régulièrement des seins disproportionnés (et croissants de jeu en jeu), je ne considère pas la série sexiste. Déjà parce que des personnages féminins forts existent sans être sexualisés, ou pas vraiment (comme Seung Mina, Talim ou Cassandra), ensuite parce que Soul Calibur corrige le tir avec le temps (Ivy vieillissante à partir du 5 portant alors une armure intégrale, entre autres), ce que ne fait pas Dead or Alive.
    Et puis, toujours chez Namco (éditeur de Soul Caibur), la série Tekken présente, elle, des personnages féminins séduisants et fort, mais pas sexualisés du tout, si j’me souviens bien ^^

    1. Merci pour les précisions orthographiques, j’essaierai de faire attention à l’avenir. ;)

      J’ai bien dit que Dead or Alive possédait un gameplay intéressant. Moi même j’aime beaucoup la licence. Simplement il faut bien reconnaître que le jeu joue beaucoup sur la plastique de ses combattantes.

      Même chose pour Soul Calibur, je suis un très gros fan de la saga depuis ses débuts et effectivement, tous les personnages féminins ne sont pas hypersexualisés mais je tenais simplement à montrer qu’un personnage comme Ivy allait parfois trop loin. Malgré tout, la saga reste excellente !

      Je suis également d’accord pour Tekken même si certaines femmes sont présentées dans des tenues assez « olé olé » on va dire par moments. ^^

      Merci pour le commentaire en tout cas.

  6. Je suis globalement d’accord avec toi. Comme tu pouvais t’en douter. Je trouve que certains points sont abordés assez bancalement.
    Tu enfonces beaucoup de portes ouvertes, comme je te le disais sur twitter, mais ça fait vraiment du bien de voir des articles comme ça dans le paysage.
    La gentrification des jeux est vraiment un fléau, mais ça l’ai dotant plus quand y’a une dévalorisation des jeux féminins. Les sims le sandbox par excellence est devenu un jeu pour fille. Des jeux qui cibles typiquement les femmes ou les filles voir les très jeunes filles, ne sont même pas qualifié comme jeu… mais comme une espèce d’hybride à dénigrer. Pathétique. Des jeux, ils en faut pour tous. (bon après les stéréotypes véhiculés par certains jeux, c’est un autre débat.)
    Bon après je pourrais lancé pleins de débats mais … J’ai un peu la flemme. En tout cas j’ai lu ton article avec beaucoup de plaisir. Et comme tu le sais, j’adore toujours te lire.

    Après personnellement, je n’ai jamais souffert de sexismes autours de moi en tant que femmes dans le milieu du jeu vidéos donc là dessus j’ai plutôt de la chance. Par contre aujourd’hui, j’ai toujours énormement de mal à m’identifier à certaines femmes présentes dans les jeux. Les hommes ont toujours un choix beaucoup plus larges. Mais comme tu le dis si bien, les femmes prennent une place de plus en plus importantes dans le paysage vidéo-ludique, on trouve de plus en plus de femmes héro badass (Aloy, Lara, Ciri, Clém’) pour ne cité que les dernière. Le travail maintenant sera principalement sur l’aspect que les créateur leurs donnent. J’attends de la diversité, exit les femmes au seins qui défis la gravité, au vêtements importables, ou à l’éternelle jeunesse et perfection. Ce genre de modélisation et de représentation est sexiste, même si derrière les personnages sont plus ou moins travailler, ils restent des fantasmes d’hommes!

    En tout cas, une nouvelle fois, chapeau monsieur. <3

    1. Je me doutais que tu trouverais à redire sur certains points mais je suis content que globalement on soit d’accord. Pour les portes ouvertes certes, après comme je l’ai dit j’ai écris cet article sans espoir ou volonté de changer les choses. Je l’ai fait parce que j’avais envie de le faire et j’ai dit ce que je pensais, tout simplement. ;)

      Je suis d’accord pour les femmes qui malgré tout restent des fantasmes d’homme dans les jeux vidéo. L’éternelle jeunesse, les corps sans imperfection etc… On y arrivera mais je pense aussi qu’il faut se dire que le média, même s’il tend vers le réalisme, cherche à nous divertir et à nous faire vivre des choses impossibles en vrai. J’imagine donc que les héros et héroïnes « peu fidèles à la réalité de part leur perfection » sont obligés d’exister.

      Merci à toi en tout cas, d’avoir pris le temps de me lire et surtout de poster un commentaire. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *