Get Backers logo avec Ban et Ginji assis devant leur voiture

Je possède une petite collection de mangas et de temps à autres me prend l’envie de relire une série et la dernière en date n’est autre que Get Backers. Je me suis donc décidé à vous parler de ce manga qui a eut droit à quelques apparitions dans mes TFM2A.

Get Backers : l’art de la récupération 

Un univers intéressant 

Get Backers présentation des personnages principauxJ’ai découvert Get Backers par le biais de son animé en fansub il y a des années. Puis j’ai appris l’existence de la version manga et en grand collectionneur j’ai commencé à les acheter. L’animé s’arrête bien avant que le manga soit terminé. On suit ainsi les aventures de deux personnages : Amano Ginji et Mido Ban qui sont les Get Backers, un duo de récupérateurs. En gros si on vous a volé quelque chose ou si vous l’avez perdu, ils vous le récupèrent contre espèces sonnantes et trébuchantes. Bien évidemment chaque mission sera un prétexte à des combats et autres séquences d’action et d’humour ! Et de l’humour il y en a très souvent. Car si Ban est très cultivé et intelligent ce n’est pas vraiment le cas de Ginji qui est souvent complètement à la masse. Ils ont toutefois chacun des atouts de taille. En effet, Ginji est surnommé l’Empereur de la foudre car il maîtrise cet élément. Quand a Ban, hormis une force démesurée dans la poigne (200 Kg/cm²) il possède le Jagan, un œil maléfique hérité de sa lignée de sorcières. Grâce à cet œil il peut provoquer une illusion chez n’importe qui qui croise son regard. Si le principe est invincible, en pratique la technique ne dure qu’une minute et il ne peut pas l’utiliser plus de trois fois par jour. De même, une personne qui a été victime du Jagan ne pourra plus l’être pendant 24 heures. On est donc par exemple loin de la puissance des illusions générées par Aizen dans Bleach par exemple. Mais qu’importe. Cet atout sera d’autant plus impressionnant que parfois le lecteur ne saura pas qu’il a été déclenché jusqu’à lire « Une minute pile poil » et voir l’image se briser comme un miroir pour laisser apparaître nos héros et la victime après le cauchemar (ou le rêve c’est selon la cible). Le scénario rédigé par Yuya Aoki se suit sans problème car l’histoire prend place à Shinjuku et le côté réaliste des lieux contraste avec les pouvoirs des différents personnages pour créer un tout vraiment convaincant.

Get Backers Ban et Ginji sourient et se regardent
Nos deux héros, avouez qu’ils ont la classe !

Satisfaction 100% garantie… ou presque 

Get Backers Akabane Kurodo alias Dr Jackal remet son chapeauUn bon manga c’est un scénario mais aussi surtout des dessins travaillés avec une vraie identité. Et de ce côté-là Get Backers ne déçoit pas. En effet, le trait de Rando Ayamine est tout bonnement exceptionnel. Si au début de l’œuvre on sent qu’il cherche encore son coup de crayon (avec des visages notamment ceux de Ban et Ginji assez juvéniles), ce n’est plus le cas au bout de quelques tomes et on assiste à un florilège de gros plans tous plus stylés les uns que les autres. Contrairement à ce que l’on pourrait croire il arrive assez souvent que deux auteurs s’associent pour créer une œuvre. L’un écrit le scénario pendant que l’autre s’occupe des dessins. Dans les séries plus récentes je citerai l’excellent One Punch Man qui est d’ailleurs dessiné par le même auteur que l’excellent Eyeshield 21. La galerie de personnages de Get Backers est hétéroclite et très travaillée. Même les personnages secondaires sont détaillés et possèdent leur propre personnalité. Les héros mais bien évidemment les méchants sont tous créés avec soin. J’ai un faible pour le psychopathe de service : Dr Jackal qui outre une puissance phénoménale est super stylé. Les femmes ne sont pas en reste et si Heaven use de ses atouts naturels (hum) pour appâter le chaland, la jolie Himiko possède un charme non négligeable. Pour ma part j’ai surtout regretté la dernière partie du manga parce que si depuis le début le mysticisme est un élément important de l’intrigue, la fin rajoute encore une couche par dessus même si, rassurez-vous, le tout se tient parfaitement et reste cohérent. Avec ses 39 volumes, Get Backers n’est pas une petite série mais les tomes s’enchaînent à vitesse grand V pour peu qu’on adhère à cet univers à la croisée du monde réel et de la fiction.

Get Backers Ginji en empereur de la foudre hurle de dégager
Ginji en mode « Empereur de la foudre » ça fait tout de suite moins rigoler !

Conclusion : Get Backers 

Vous l’avez compris, en proposant des dessins grandioses, une galerie de personnages intéressante et un scénario qui se suit avec plaisir, Get Backers réussit son pari d’être un très bon manga. S’il n’a pas les épaules pour être une référence il tire toutefois son épingle du jeu aisément. L’humour omniprésent, les combats dantesques mais jamais trop longs et la personnalité des deux Get Backers font de l’œuvre un titre très agréable. Je ne peux que le conseiller à tous les fans du genre. Par ailleurs, comme souvent, la version papier est supérieure à la version animée qui reste toutefois très sympa à regarder mais ne couvre malheureusement pas toute l’histoire et prend quelques libertés scénaristiques.

Romain Boutté
Suivez-moi !

Romain Boutté

Fan de FFVII et de la série Zelda j'adore les jeux vidéo en général et les J-RPG en particulier. J'aime les mangas, les séries télé et tout ce qui touche à la "geekerie". N'hésitez pas à me contacter pour discuter j'aime parler de mes passions ! :)
Au plaisir !
Romain Boutté
Suivez-moi !

Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

4 commentaires sur “[Manga] Get Backers

  1. J’ai les 14 premiers tome. Il faut que je finisse la série c’est vrai qu’elle est bien cool. Tu m’as donné envie de m’y remettre, bravo

    1. Et bien alors j’ai accompli ma mission ! Je suis content de t’avoir motivé à retenter l’aventure ! ;)

  2. J’avais tous les tomes fut une époque, mais vendu depuis pour diverse raison… C’était effectivement bien sympathique ! A la même époque je lisais « Devil Devil », tu connais ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *