La chronique musicale du dimanche - Logo

Le Week-end, on se détend les oreilles avec la Chronique Musicale du Dimanche

 

Salut à vous, chers lecteurs, je vous souhaite la bienvenue sur une nouvelle rubrique que l’on espère hebdomadaire : La Chronique Musicale du Dimanche. Comme son nom l’indique, cette chronique traitera de mes (nos ?) coups de cœur musicaux, groupes ou albums voire morceaux, qu’ils datent d’hier ou aujourd’hui. Je partagerai donc avec vous mes artistes ou disques favoris en essayant de vous transmettre ma passion sur le sujet.

La chronique musicale du dimanche - Gorillaz 6Et quoi de mieux pour inaugurer cette nouvelle rubrique que mon groupe préféré de tous les temps qui est probablement le projet musical le plus déjanté jamais créé? Je vais donc m’attarder loooooonguement sur Gorillaz, subtile création complètement barrée tout droit sortie de la tête de deux hommes : Damon Albarn d’un côté, génie de la musique reconnu ( qu’il m’arrive d’appeler Dieu, par moments lorsque je m’égare ), songwriter de talent et frontman du groupe de britpop Blur – entre autres -, et Jamie Hewlett, auteur et dessinateur de Bandes Dessinées connues et reconnues comme Tank Girl.

Et donc là normalement, vous vous demandez: Gorillaz, en fait, c’est quoi ?

  • C’est un groupe virtuel composé de quatre musiciens, tous plus déjantés les uns que les autres : Murdoc Niccals, bassiste et leader du groupe, est un cliché de la rockstar par excellence. Irrévérencieux, crade, sataniste sur les bords, avec un mauvais fond, il est le fondateur (virtuel) du groupe. Il recrute bien vite Stu « 2D » Pot, un amoureux de piano à qui il crève malencontreusement les yeux (d’où son surnom : 2D pour « Two dents » – Deux Bosses) pour faire les parties chant et piano, ainsi que Russel Hobbs à la batterie et aux parties rappées. Il ne manquait plus au groupe qu’un guitariste, et après de longues recherches infructueuses, un colis FedEx arrive chez eux. Dedans, se trouve Noodle, une fillette japonaise de 10 ans qui devient leur gratteuse officielle.
  • C’est aussi un groupe live, bien réel quant à lui, composé d’une base de 8 membres et d’une multitude de guest stars qui n’a cessé de s’étoffer album après album (on peut compter à ce jour Neneh Cherry, Snoop Dogg, De La Soul, Little Dragon et bien d’autres encore…)La chronique musicale du dimanche - Gorillaz 1

Après un long processus de création, le groupe virtuel sort enfin son premier album en 2001. Sobrement baptisé Gorillaz, il mélange habilement de multiples styles musicaux. Du hip hop au punk, en passant par la trip hop et la musique cubaine, on ne peut décidément pas faire rentrer le disque dans une catégorie définie, même si l’on sent clairement les influences rap et grosses basses de Russel à chaque beat. Avec ses trois singles aux clips vidéos ultra soignés qui ravagent les charts du monde entier à l’époque, ou encore ce dernier morceau commençant par un sample de l’introduction de Day of the Dead de George A. Romero et finissant sur une explosion d’énergie rock digne d’un chanteur écorché vif, Gorillaz rentre déjà au panthéon des groupes qui resteront dans les mémoires bien après leur disparition :

Il faut ensuite attendre quatre longues années, en 2005 donc, pour retrouver le combo virtuel dans nos oreilles. Demon Days, second album du groupe, est un succès encore plus démesuré que le premier, tant d’un point de vue artistique que d’un point de vue commercial. Forcément, il lui est supérieur en tout point : production au top, disque plus cohérent dans le choix des compositions (ce coup ci, on peut noter que c’est Noodle qui a l’air d’être bien plus à l’honneur), singles tout aussi percutants et en même temps encore plus radio friendly !  Tout est réussi sur ce disque, de l’introduction reprenant à nouveau la bande originale d’un film de Romero à la magnifique conclusion avec le titre éponyme, en passant par Kids with Guns et Dirty Harry. Malheureusement, peu après la sortie de l’album dans les bacs, de mystérieux personnages attaquent l’île où se trouve Noodle et cette dernière est portée disparue, supposée morte. Le groupe se sépare alors…

… Et on s’arrête là pour cette première de La Chronique Musicale du Dimanche, la suite et fin de ce tour d’horizon de l’univers de Gorillaz sortira la semaine prochaine, même jour, même heure. Et en attendant, restez à l’écoute!

La chronique musicale du dimanche - Gorillaz 2

Le site officiel du groupe, c’est par ici.

Viendez!

Julien

Joueur passionné, profitant du maximum de plateformes, des consoles de salon aux portables, en passant par le pc et les smartphones.
Viendez!

Les derniers articles par Julien (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Google+
Google+

Un commentaire sur “La Chronique Musicale du Dimanche 1 – Gorillaz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *