Mais je ne suis pas autant convaincu que Romain.

La Nintendo Switch est enfin sortie le 3 mars dernier ! Profitant d’une réduction conséquente j’ai sauté sur l’occasion pour me la procurer. Mais objectivement la console vaut-elle le coup ?

Le déballage c’est toujours magique ?

Je dois avouer que le packaging de la machine est assez réussi, ainsi à peine la boite ouverte​ on retrouve la belle bête et ses deux Joy-con. En dessous tous les accessoires utiles dont le dock et les dragonnes. Comme Romain j’ai trouvé la machine plus petite que je ne le pensais, mais soit, je ne me suis pas éternisé et j’ai allumé pour la première fois ma Nintendo Switch.

Au niveau de l’interface je n’ai pas grand chose à dire, j’aime la sobriété et ici j’ai été servi. Une petite musique allant crescendo à chaque nouvel écran nous accompagne lors de la première configuration. Tout est clair et on prend plaisir à paramétrer notre petite console.
Une fois la première configuration terminée, la console nous amène sur le menu principal, je fais le tour des menus disponibles, le tout est vraiment propre, mais c’est dans les détails où je ne m’y retrouve pas…

Un emballage sobre mais efficace

Un pixel mort qui fâche.

N’ayant pas eu de chance en montant mon PC récemment, j’ai alors le réflexe d’inspecter l’écran à la recherche de pixels morts, au premier regard je n’en ai pas vu jusqu’à ce que… Je découvre un petit pixel mort en haut à gauche de l’écran. Sur une console à peine sortie​ de l’emballage, je vous avoue que ça fait mal au ventre. Je me dis que je m’en sors bien par rapport à d’autres surtout que Nintendo ne prend pas en charge les pixels morts sous garantie. En dehors de ça j’avais aussi assez peur de rayer mon écran suite aux quelques retours comme quoi le dock pouvait rayer la machine. J’ai donc saisi mon chiffon à lunettes​ et l’ai glissé dans le dock pour éviter que l’écran ne vienne frotter contre le caoutchouc et rayer mon écran quand j’utiliserai celui-ci.

Le fameux pixel mort qui fâche (oui c’est le piti point au milieu).

Le premier test de Zelda fût réussi, j’ai toujours en travers de la gorge le fait de ne pas pouvoir mettre les voix japonaises avec les sous-titres de mon choix mais j’ai quand même pris la décision de jouer au jeu (et je ne regrette pas). Cependant c’est là où les choses fâchent, voulant tester la machine dans toute sa splendeur j’ai alors voulu la tester en mode portable et la poser sur la table avec son petit pied en plastique, sauf que… Malheur, je ne peux pas recharger en jouant. Encore une excuse pour acheter un accessoire hors de prix… En plus de ça, ce petit pied en plastique a vraiment l’air très faiblard, j’ai pour ma part assez peur de trop forcer dessus, et qu’il se casse. Alors oui, d’après certaines vidéos on voit que si l’on force dessus il se déclipse mais se reclipse à volonté, mais ce n’est quand même pas très rassurant. Au delà de ce pied je dois dire que de manière générale​ les finitions de la console ne sont vraiment pas bonnes…

Ce petit pied a vraiment l’air fragile…

Le dock fait très cheap, même les Joy Con ont l’air assez fragiles​ et le soucis de déconnexion de ceux-ci n’aide vraiment pas. La majeure partie de la machine est faite en plastique et même si en main la console semble solide (sauf peut-être quand on la tient par un Joy-con) rien que le fait d’utiliser un écran en plastique et non pas en verre fait qu’on se demande pourquoi on a payé aussi cher…
Le dock est vraiment ce qui fait le plus honte à la machine je trouve, un simple bloc en plastique. À noter que la console est toujours chaude en sortant de celui-ci, il n’y a donc clairement pas assez d’evacuation d’air, sur le long terme ça risque de ne pas être très bon pour la console…

Les accessoires hors de prix sont aussi une pratique clairement Appleienne que je deteste, le grip des Joy-Con qui recharge aurait dû être intégré dans le pack console de base ainsi qu’un protège écran (les bougres savent très bien que le plastique se raye facilement), la manette pro à 80 balles (prix éditeur) c’est quand même une sacrée blague aussi… Bref tout est un bon prétexte pour vendre de l’accessoire : une bonne machine en kit.
Les jeux sont aussi loin d’être au rendez-vous, 5 jeux pour la sortie dont 1 qui aurait dû être intégré avec la console, 2 qui sont déjà sorti sur d’autres machines et 1 autre qui aurait dû être vendu beaucoup moins cher. En clair il n’y a que Zelda à se mettre sous la dent pour l’instant…

Une console à gros potentiel.

Clairement je n’ai pas été très gentil avec la console mais je dois bien avouer une chose : j’adore le concept et j’aime beaucoup ma Switch. Je ne peux juste pas m’empêcher de penser que la sortie de la machine a été précipité. Il y a beaucoup de petites choses qui me contrarient et qui, ensemble, font vraiment du mal à la machine : Mario Kart 8 revendu plein pot par exemple sans avoir un seul petit geste pour les anciens acheteurs (hormis peut-être un doigt), le season pass de Zelda (et ses ralentissements), l’abence de port ethernet sur le dock, le pigeonnisme des accessoires, etc. C’est dommage mais malgré tout je trouve vraiment que c’est une machine à gros potentiel. Les quelques soucis hardware sont facilement corrigeables​ dans une version améliorée​ de la console, et les autres petits soucis software sont tout à fait normaux pour un lancement. Une chose est sûre​, si les éditeurs tiers ne lâchent pas le navire comme à l’époque de la Wii U, si les jeux suivent et si Nintendo se sort les doigts pour nous proposer une expérience comme nulle part ailleurs, alors oui, la machine aura vraiment tout pour réussir.

Alexandre "Macsh"

Collectionneur de jeux vidéo de toutes générations et cinéphile qui aime passer ses matinées au cinéma.

Les derniers articles par Alexandre "Macsh" (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *