Dragon Ball Xenoverse Goku

Difficile d’innover dans les jeux de combat ou dans les adaptations de mangas (le dernier Naruto en est la preuve flagrante). Alors quand on touche à une licence comme Dragon Ball n’en parlons pas. Les jeux se suivent inlassablement depuis une dizaine d’années sur tous les supports existants. Tout à commencé avec Dragon Ball Z Budokai en 2002, depuis les jeux (plus ou moins bons) ce sont enchainés. Avec souvent une lassitude du joueur et du fan. Puis arriva Dragon Ball Xenoverse.

Cha-la Head Cha-la

Retour quelques jours en arrière. Réception de Dragon Ball Xenoverse en version PlayStation 4. En bon fan de la série j’ai tenu à acheter le jeu tant il semblait prometteur. Qu’en est-il après quelques heures de jeu ? Et bien je dois avouer que mon sentiment est partagé. Namco-Bandai a réussi à enfin innover dans une série qui stagnait depuis trop longtemps. Comment ? Et bien en proposant un système de jeu qui vous fera suivre l’histoire de la série (que tout le monde connait par coeur) en proposant de la protéger. En effet, deux ennemis du Temps essayent de modifier l’histoire en faisant évoluer les combats les plus importants dans une direction totalement différente. Comment aurait évoluée l’histoire si Raditz n’avait pas été tué par Piccolo ? Ou si les Saibaïmens avaient tué tout le monde ? Autant de questions auxquelles vous ne répondrez pas puisque votre rôle sera surtout d’empêcher ces évènements de se produire. Comment ? En créant votre propre guerrier !

Dragon Ball Xenoverse Goku Frieza
Prends ça Frieza !

Guerrier(s) inconnu(s) en approche

Et c’est bien là la force et la nouveauté de cet opus. Vous pouvez créer un personnage parmi 5 races de l’univers de Dragon Ball comme les Humains, les Saiyens mais également les Nameks, les Majin ou encore la race de Frieza. Comme dans tout bon MMORPG, chaque race possède des atouts et les possibilités de customisation sont très nombreuses. Un excellent point pour l’immersion. Votre Héros devra donc remonter le temps pour empêcher les combats essentiels de ne pas se dérouler comme prévu. Mais ce n’est pas tout puisque vous passerez beaucoup de temps dans la ville de TokiToki qui sert de lobby. Libre à vous d’enchainer les quêtes secondaires pour monter de niveau, vous entrainer avec les différents maîtres (tous de grands personnages de Dragon Ball), de modifier votre personnage ou même de faire des missions en ligne avec d’autres joueurs. Le jeu est vraiment très complet. L’absence totale de menu au lancement du jeu peut perturber mais le mode Versus existe bel et bien, il vous suffira de vous rendre à un endroit de la ville et de le lancer. Vous pouvez ainsi passez du mode solo au Versus sans quitter le jeu. Bizarre mais plaisant.

Dragon Ball Xenoverse Goku
Le Héros créé par Namco-Bandai pour illustrer le jeu

Conclusion

Le vrai reproche concernant le jeu vient du système de combat. On est loin d’un Tenkaichi 3 ou même d’un Raging Blast 2 niveau technicité. La nouveauté du titre c’est de pouvoir affronter plusieurs adversaires en même temps (avec des batailles jusqu’à 3 contre 3). On est plus dans l’esprit de la série c’est vrai mais le tout est finalement assez brouillon et fouilli. Dommage. Mais après tout je n’ai joué que quelques heures, peut être qu’avec plus d’entraînement j’arriverai mieux à l’apprécier. D’ailleurs, pour en être sûr je vais y retourner de ce pas. Et vous, vous en pensez quoi de ce Dragon Ball Xenoverse ?

Pour plus d’informations sur le jeu, n’hésitez pas à consulter son site officiel.

Romain Boutté
Suivez-moi !

Romain Boutté

Fan de FFVII et de la série Zelda j'adore les jeux vidéo en général et les J-RPG en particulier. J'aime les mangas, les séries télé et tout ce qui touche à la "geekerie". N'hésitez pas à me contacter pour discuter j'aime parler de mes passions ! :)
Au plaisir !
Romain Boutté
Suivez-moi !

Les derniers articles par Romain Boutté (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Google+
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *