Critique de Fallout : New Vegas [PS3]

Fallout : New Vegas Novas Critique Band of Geeks

Alors ce Fallout : New Vegas, plutôt Mojave ou pérave ?

Sorti il y a déjà cinq ans, Fallout : New Vegas est en fait la seconde tentative des studios Bethesda de proposer aux joueurs un titre dans l’univers Fallout et avec un gameplay mélangeant fps et jeu de rôle typiquement Occidental.

Une histoire de déjà vu 

Fallout : New Vegas Couverture Critique Band of Geeks

Mais même si Fallout : New Vegas conserve la formule de Fallout 3, cette fois le jeu est développé par l’équipe d’Obsidian Entertainment, un studio capable du meilleur avec des titres comme South Park : Le Bâton de la vérité ou Star Wars : Knights of the Old Republic et surtout du pire avec l’atroce Alpha Protocol.

D’ailleurs Alpha Protocol est un excellent exemple pour comprendre pourquoi Fallout : New Vegas est un échec ludique. Avec une écriture relativement bonne et surtout fouillé, le jeu avait tout d’un titre intéressant. Mais manette en main, Alpha Protocol se révélé être un jeu absolument atroce avec une jouabilité complètement cassé, des intelligences artificielles pas forcement très intelligentes et un scénario qui vous noie avec des pages de rapports et de détails insignifiants quand on peine déjà à s’intéresser à l’intrigue principale.

Et c’est exactement le même souci avec Fallout : New Vegas, qui commence pourtant avec une excellente introduction où l’on découvre Le Courrier, un postier hardcore des terres dévastées du Mojave, prêt à se faire exploser la tête alors qu’il livrait un mystérieux paquet au Casino de New Vegas. Après cette vidéo je n’avais qu’une seule envie : découvrir la Mojave et ses terres, explorer l’univers de Fallout : New Vegas et m’amuser en suivant l’histoire du jeu. Mais le problème c’est que Fallout : New Vegas est incapable de vous tenir en haleine avec son histoire, pour la simple et bonne raison que le titre d’Obsidian Entertainment n’arrive pas à impliquer le joueur dans son scénario.

Je me fiche du Casino de New Vegas et de ses visiteurs à l’intelligence artificielle déficiente, du sort de Benny ou même de savoir si la Nouvelle République de Californie essaie de contrôler le Mojave parce que tout ce que j’ai en face de moi ce sont des pantins aux animations ridicules et à la modélisation absolument atroce, qui me débitent des lignes de dialogues sans saveur. Après plus de cinquante heures de jeu sur Fallout : New Vegas, je suis toujours incapable de me souvenir du moindre dialogue ou d’un début de conversation avec un personnage non joueur. Comment voulez-vous vous amuser dans une quête de plusieurs dizaines d’heures où l’on vous demande de décider du sort de centaines de vies quand en face de vous vous avez des robots sans âmes et une histoire molle aux rebondissements aussi foufou qu’un bon vieil épisode de Derrick ?

En explorant ! Parce que s’il y a bien une chose que Fallout : New Vegas réussi, c’est l’exploration de son gigantesque terrain de jeu.

Fallout : New Vegas Casino Critique Band of Geeks

L’exploration comme seul salut ?

Fallout New Vegas Cazador Band of GeeksOn se retrouve donc dans un titre où l’exploration de la carte est vraiment chouette : découvrir les nombreux coins du Mojave, ses usines abandonnées et squattées ou les différents camps militaires dispersés ici et là est un vrai plaisir. Le placement d’ennemis un peu trop puissants pour des Courriers de bas niveaux risque bien de freiner vos folles envies d’exploration sauvage, mais je trouve ça quand même plus réaliste que de voir les ennemis qui évoluent en même temps que le joueur comme dans Fallout 3.

Mais même si l’exploration est franchement excellente et devrait réussir à vous motiver assez pour continuer votre partie, le gameplay de Fallout : New Vegas est malheureusement médiocre. Comme dans Fallout 3, les combats sont relativement fades, sans aucune sensation de puissance et vous aurez vite fait de vous lasser de lâcher un chargeur, voir deux, dans la tête du premier voyou venu pour le tuer.

La gestion de l’inventaire et de votre statut dans les différents menus est une horreur, c’est très rigolo de tout gérer à travers le Pip-Boy mais ça donne une navigation lourde, pas très intuitive et vraiment très limitée.

En fait tout le gameplay de Fallout : New Vegas, à mi-chemin entre un jeu de rôle traditionnel et le dernier Call of Duty, est handicapé par l’horrible moteur qu’utilise Bethesda. C’est simple, en jouant à Fallout : New Vegas on a l’impression de découvrir un jeu pensé pour la première PlayStation, développé sur la seconde et sorti sur la troisième un peu par hasard.

Tout est beaucoup trop rigide dans le jeu, en plus d’être particulièrement moche et buggé, et on se retrouve avec un nombres d’options réduites pour aborder les différente situations alors qu’un tel titre devrait au contraire « ouvrir le champ de ses possibles » aux joueurs. Je comprends l’attachement des développeurs de Bethesda pour leur moteur, qu’ils ont déjà utilisé pour développer une bonne partie de leurs jeux comme The Elder Scrolls V: Skyrim et Fallout 3, mais il est temps pour eux de se réveiller et surtout de se rendre compte que c’est justement cet attachement qui pénalise le plus leurs jeux.

Fallout : New Vegas Ranger NRC Critique Band of Geeks

Conclusion de ma critique de Fallout : New Vegas

Je suis persuadé que Fallout : New Vegas aurait pu être un très bon jeu avec une réalisation correcte qui aurait su se détacher du style très copier-coller des autres productions de Bethesda. Mais en l’état Fallout : New Vegas est un jeu de rôle raté, à l’immersion impossible à moins de vouloir s’amuser à faire du role-play avec des personnages aussi réactifs que des balais. Mais c’est aussi une relique du passé avec un gameplay daté et dépassé.

On se contentera donc d’un monde ouvert très sympathique à explorer, ce qui est déjà pas si mal mais bien peu par rapport aux promesses de Bethesda et les louanges chantées par les fans de Fallout : New Vegas.

Avatar
Plop ;3
Les derniers articles par Quentin Verwaerde (tout voir)
Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

3 commentaires sur “Critique de Fallout : New Vegas [PS3]”

  1. Avatar

    Je suis assez d’accord avec toi, même si j’avoue que je prends un pied certain à faire tout ce que j’ai envie de faire dans les terres du Mojave.

    Personnellement, c’est surtout le gameplay que je trouve foireux: à dire vrai, j’ai d’abord joué Skyrim qui possède le même type de gameplay, mais en tellement mieux: plus ergonomique, plus dynamique, nerveux, bref! Difficile de jouer à un jeu faisant la part belle à l’exploration quand notre personnage n’est tout simplement pas capable de taper un sprint….

    1. Avatar

      L’absence de course c’est pour l’immersion justement, ça te force à observer ton environnement est à déceler les textures qui ne sont pas encore chargées !

      J’essaierai Skyrim un de ces jours, mais là j’ai eu ma dose de jeu de rôle à l’occidental en monde ouvert et en vue FPS pour les six ou huit prochain mois je pense.

  2. Avatar

    Je me rappellerai quand même d’Elise qui m’a fait :
    -Ouais t’en es où dans Fallout 4 ?! Quentin vient de le commencer
    – Je zone dans la première ville ? J’ai pas beaucoup joué..
    -T’es nul il est plus loin que toi !

    Et le lendemain : « Ah j’suis débile il joue à New Vegas… »

Laisser un commentaire