Root Letter : À la recherche de la vérité sur Aya Fumino

Root Letter Aya de dosÀ la recherche de la vérité !

Root Letter est un visual novel édité par Kadokawa Games de notre côté du globe. On y suit un jeune adulte qui part à la recherche de sa correspondante d’il y a 15 ans…

Un scénario original

Root Letter Ecran titreAlors que nous faisons un peu de rangement dans les affaires laissé chez nos parents, on remet la main sur une série de 10 lettres que nous avions échangé avec notre correspondante « Aya » 15 ans auparavant. Cependant il semblerait qu’une lettre nous ait échappé puisque nous découvrons alors une 11ème lettre, jamais ouverte.
Dans celle-ci on y découvre un message d’Aya disant que ce serait son dernier : elle aurait tué quelqu’un et chercherait alors à se repentir. Choqué par cette découverte, il ne nous en faut pas plus pour partir alors dans la ville de Matsue à la recherche de notre ancienne correspondante, de ses anciens camarades de classes mais surtout à la recherche de ce qu’il s’est vraiment passé.

Je ne crois rien vous apprendre en vous disant que le scénario d’un visual novel est très important. Celui-ci doit être intéressant, bien écrit mais on doit surtout avoir l’envie de continuer, de chercher à résoudre l’énigme mais surtout à vouloir en découvrir le fin mot de l’histoire, comme un bon bouquin en soit ! Dans Root Letter il y a tout ça, voir plus. Le scénario est bourré de rebondissement, de bonnes idées, mais surtout l’histoire est vraiment très intéressante. Ce qui fait que finalement on reste toujours accroché à notre console avec toujours cette envie d’aller plus loin. C’est le simple pitch de départ qui m’a donné envie de me lancer dans l’aventure et maintenant que celle-ci est arrivée à son terme je ne regrette pas du tout la dizaine d’heures qu’il m’aura fallu pour découvrir la vérité derrière cette étrange affaire.

Un jeu captivant

Root Letter Tomoko dans Hôtel Mastue
On rencontre divers personnages dans le jeu.

Le jeu bascule entre divers phases, en début de chapitre on (re)découvre à chaque fois une des anciennes lettres et avec les quelques éléments à notre disposition dans celle-ci on part à la recherche d’informations supplémentaire que ce soit en interrogeant de simples passants ou alors des vendeurs locaux. Avec ces bribes d’informations on va finalement pouvoir rassembler le puzzle petit à petit et alors retrouver un des anciens camarades de classe d’Aya qui nous en apprendra plus sur ce qu’elle est devenue… Ou pas. Il faut dire que les informations, il faut vraiment aller les chercher, pour une raison qu’on ignore pendant un bout de temps, les camarades de classe d’Aya refusent catégoriquement de mentionner quoi que ce soit à propos de leur passé. Ce qui rajoute une grande partie du mystère mais aussi l’envie de découvrir ce qui a bien pu se passer.

L’écriture du scénario est vraiment bien réalisée, on se sent aussi perdu que le personnage principal et on est toujours en quête de la vérité. Le mystère reste entier jusqu’à la fin et le jeu nous en dévoile juste assez de chapitre en chapitre pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. Cependant je dois dire que Root Letter se perd sur la fin, déjà parce que l’écriture n’est pas aussi bonne qu’au début, ensuite parce que l’on attend tellement la révélation finale qu’on se retrouve finalement un peu déçu une fois celle-ci arrivée, c’est dommage mais tout à fait normal vu ce que le jeu veut accomplir. Mais aussi surtout parce que le jeu succombe à l’envie d’ouvrir plusieurs voies et plusieurs fins différentes. Ainsi au lieu de découvrir directement la vraie fin (que je trouve parfaite) on nous fait d’abord passer par une « mauvaise » fin qui est vraiment ridicule en terme d’écriture par rapport au reste du jeu. C’est décevant surtout que durant les 8 premiers chapitre c’était quasiment un sans faute de ce côté là. Sans cette manie de vouloir absolument rallonger la durée de vie, ce jeu aurait probablement été un plus gros coup de cœur qu’il ne l’est maintenant. Cependant Root Letter parvient tout de même à nous tenir en tension tout le long du jeu et c’est pour ça que j’ai grandement apprécié l’expérience.

Un bon visual novel ?

Root Letter TanakaIl y a à chaque fois peu de chose à dire sur un visual novel, tant l’aspect gameplay est assez limité et tant je ne veux pas trop en dévoiler sur le scénario (comme un livre en fait). Ce qu’il faut retenir c’est que Root Letter est vraiment un très bon visual novel avec une écriture vraiment travaillée. Les musiques du jeu, pour en parler un petit peu, aident beaucoup à s’immerger dans l’histoire et elles sont très inspirées, un petit côté nostalgie se dégage ainsi dans chacun des différents morceaux présents dans le jeu. On se sentirait presque vraiment au Japon tant les différentes musiques nous plongent dans la ville de Matsue. Cependant ce ne sont pas les musiques seules qui aident à s’immerger dans l’histoire, et il faut aussi saluer le très bon travail réalisé au niveau de l’interface qui est vraiment soignée aux petits oignons. C’est sobre tout en étant très propre et très bien arrangé. On déplore quand même quelques petits ralentissements sur la version PsVita mais rien qui n’entache vraiment l’aventure.
Des petits défauts sont présents dans le jeu : on est plus spectateur qu’autre chose, il n’y a pas vraiment d’interaction avec l’histoire et le système de fins multiples m’a un peu sorti de celle-ci mais tout cela ne fait clairement pas de Root Letter un mauvais jeu. Certes il faut prendre le temps de retourner dedans une fois terminé pour découvrir la vraie fin, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Finalement le seul vrai défaut qu’on pourrait lui trouver est qu’il n’a pas été traduit dans la langue de Molière. Ça ne me dérange personnellement pas, mais je comprend que cela puisse en refroidir certains, surtout que l’intérêt dans un visual novel est la lecture. Mais pour le peu que l’anglais ne vous effraye pas, foncez ! Fan de visual novel ou non je ne peux que vous recommander de tenter l’expérience, pour le peu que vous aimiez les scénarios bien écrits, bien ficelés et que vous aimez la lecture, vous allez apprécier l’aventure… Sauf si vous vous appelez Quentin.

Root Letter Aya et ses camarades

Alexandre "Macsh"

Collectionneur de jeux vidéo de toutes générations et cinéphile qui aime passer ses matinées au cinéma.
Avatar

Les derniers articles par Alexandre "Macsh" (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

2 commentaires sur “Root Letter : À la recherche de la vérité sur Aya Fumino”

Laisser un commentaire