The Caligula Effect Overdose banderole Band of Geeks

The Caligula Effect : Overdose de fun ?

Disponible sur PlayStation 4 et Nintendo Switch depuis le 5 janvier dernier, j’ai eu la chance d’obtenir une version presse de The Caligula Effect : Overdose afin de pouvoir en réaliser une critique. Aujourd’hui je vous livre mes premieres impressions sur ce RPG très spécial.

The Caligula Effect Overdose personnage feminin combat Band of GeeksThe Caligula Effect : Overdose est une refonte de The Caligula Effect, un jeu sorti il y’a déjà deux ans sur PlayStation Vita. J’avais entendu beaucoup de bien de cette version, notamment de la part de Tentacule qui m’avait vendu le titre comme un RPG japonais avec un scénario très simpliste mais une excellente jouabilité.

Et après avoir joué une petite heure à The Caligula Effect : Overdose, je dois avouer que je suis très loin d’être conquis. Normalement j’attend toujours plus d’une heure pour rédiger un « mes premières impressions » mais là je n’ai pas su. Je n’ai pas su passer outre les énormes défauts du jeu et je vais devoir me faire violence je pense pour poursuivre ma partie.

Pourtant l’introduction de The Caligula Effect : Overdose est de très bonne facture : elle nous présente un univers où le personnage principal se rend compte qu’il est enfermé dans une simulation, un monde virtuel où il revit ses trois années de lycée sans pouvoir s’échapper. A l’aide d’autres élèves, eux aussi conscients de leur situation, ils vont tenter de surmonter leurs traumatismes et découvrir comment briser les murs virtuels de cette prison.

Mais le souci ce n’est pas cet excellente idée où l’introduction en elle-même, c’est surtout les limites techniques du jeu qui propose des animations saccadés pas vraiment digne d’un jeu PSP, une réalisation avec des « jolies textures » mais avec un tout très pauvre et cette sensation générale d’avoir un jeu qui n’aurait jamais du sortir dans cet état en 2019 sur PlayStation 4.

The Caligula Effect Overdose Mu MC dialogue Band of Geeks

C’est aussi ces dialogues assez plats avec une musique pop en fond, qui rappelle fortement l’ambiance des différents Persona mais en cheap, un peu comme une copie chinoise d’un jeu qu’on aime.

Niveau jouabilité, je suis tout aussi partagé. Le concept du système de combat de The Caligula Effect : Overdose est d’offrir aux joueurs la possibilité de régler le déroulement de vos attaques pour enchainer les effets et réaliser des combos entre vos différents personnages.

C’est assez bien pensé et ça se gère comme une table de mixage pour une musique, si vous avez déjà lancer un programme comme Gold Wave ou gérer des animations sur Photoshop, vous ne serez pas perdu avec ce fonctionnement.

Cependant je trouve les combats très brouillons et pas forcement très bien expliqué dans les tutoriels. Je n’ai par exemple pas trouvé l’option pour changer d’un personnage à l’autre « à la volée » et je trouve la gestion des combos assez complexe, en tout cas pour un début de partie.

Toujours dans la jouabilité, il est possible de demander en ami les dizaines d’étudiants que l’on croise dans les couloirs de votre lycée. Une fois ajoutés sur Wire, vous pouvez discuter avec eux pour faire grimper leur jauge d’affection, ce qui vous aidera ensuite à rajouter leurs amis, parfois plus timides, à votre liste de contact.

The Caligula Effect Overdose MC femme homme Band of Geeks

Et c’est un peu comme pour le scénario, même si l’idée de base est plutôt bonne, je trouve l’execution assez pauvre. Au final quand on parle à un étudiant, on se retrouve avec des réponses aléatoires choisies parmi un tas de réponses parfois contradictoires. Les conversations ne sont pas très organiques, les étudiants racontent souvent tout et leur contraire dans des bavardages aussi stimulante intellectuellement qu’une joute verbale avec une star de la télé-réalité.

En conclusion de mes premières impressions sur The Caligula Effect : Overdose 

Je ne veux pas avoir l’air de tirer sur une proie facile ou d’être désagréable pour bâcler un article et rapidement passer à autre chose, j’avais réellement envie de jouer et d’apprécier The Caligula Effect : Overdose. Seulement les limitations du jeu, la réalisation absolument catastrophique du titre et une ergonomie à la rue m’ont vraiment fait douter du fait qu’il soit possible de s’amuser sur ce jeu.

Avatar
Plop ;3

Quentin Gourvennec-Verwaerde

Passionné de Tokusatsu et accro à ma PSVita, je suis aussi chasseur de trophées à mes heures perdues : www.psnprofiles/aka-0
Avatar
Plop ;3

Les derniers articles par Quentin Gourvennec-Verwaerde (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *