Kamen Rider Gaim Prenez votre dose de fruits avec Kamen Rider Gaim !

 

Kamen Rider est une véritable légende au Japon, et cela fait déjà près de 15 ans que la série a repris avec Kamen Rider Kuuga. Malgré d’excellentes saisons, Kamen Rider a beaucoup de mal à se renouveler et s’embourbe depuis quelques années déjà dans des saisons moyennes au mieux ou absolument médiocres comme ce fut le cas pour Decade et Wizard. Kamen Rider Gaim vient briser ce cycle de Riders pas vraiment intéressants avec un concept un peu fou et surtout un homme de talent à l’écriture : Gen Urobuchi.


RyomaUrobuchi, surnommé affectueusement Urobutcher, est connu pour ses travaux assez impressionnant comme la visual novel Saya no Uta (on en reparlera bientôt) et surtout pour avoir sublimé l’univers Fate Stay Night avec Fate Zero, un animé qui réussit à insuffler de la vie et de la profondeur aux personnages créé par Nasu.

Le scénariste principal de Kamen Rider Gaim est donc quelqu’un de très capable, et surtout un expert dans la constructions de personnages crédibles, forts et attachants. Pourtant Kamen Rider Gaim commence très mal, avec un concept qui semble vraiment étrange et où les différents Riders utilisent des armures aux inspirations médiévales en tirant leur forces de cadenas fruits. L’ambiance de la série est tout aussi spéciale, puisqu’on découvre dans Kamen Rider Gaim un univers où des équipes de danseurs de rues s’affrontent en utilisant des monstres de poche à la Pokémon.

Kamen Rider Gaim Some Vitamine C

Normalement avec un tel résumé on est en droit de s’attendre à une suite de Kamen Rider Wizard, aujourd’hui considérée comme la pire saison jamais produite pour un Kamen Rider, et surtout à une série médiocre. Malgré tout ce qui semble être des tares, il se dégage une ambiance assez géniale des premiers épisodes de Kamen Rider Gaim : la série est vraiment drôle et arrive à nous proposer un casting varié qui semble prometteur. Gaim conservera ces pointes d’humour tout au long de la série, surtout avec Oren qui est un ancien parachutiste de l’armée Française ressemblant à Monsieur Propre en version très très gay. Cependant l’ambiance bon enfant de Gaim change rapidement et de façon radicale pour un monde beaucoup plus adulte, brutal et violent : les concours de danse sont remplacés par des joutes entres anciens amis, et les morts s’enchaînent.

Budou arms

Kamen Rider Baron Et GarrenUrobuchi fait honneur à sa réputation avec Kamen Rider Gaim, puisqu’il nous livre ici l’une des meilleures saisons de la licence. Le scénario n’est pas incroyablement original, mais terriblement efficace avec des personnages réalistes. Du héros Kouta à la petite raclure de service, au doux nom de Mitsuzane, le casting de Gaim est absolument excellent et m’a rappelé les moments passés devant Kamen Rider Ryuuki, avec une affection sincère pour certains personnages et une haine viscérale pour d’autres.

Mais Kamen Rider Gaim n’est pas qu’une réussite sur le plan scénaristique, c’est aussi une saison avec un gimmick absolument génial, pas loin dans mon cœur de celui de Faiz et ses téléphones portables pour se transformer. Les cadenas fruits, seed locks en version originale, permettent de changer l’apparence et le style de combat d’un Rider : chaque fruit, ou arms, dispose en effet de sa propre forme qui vient se déposer sur l’armure de base des Riders. Les armures de Kamen Rider Gaim sont d’ailleurs magnifiques, et il me tarde de découvrir les versions S.I.C de certains modèles.

Kamen Rider Gaim est donc une excellente série, et serait même idéal si vous comptez vous lancer dans le genre. Vous pouvez jeter un oeil à la série avec des sous-titres anglais via Aesir Subs.

Plop ;3

Quentin Gourvennec-Verwaerde

Passionné de Tokusatsu et accro à ma PSVita, je suis aussi chasseur de trophées à mes heures perdues : www.psnprofiles/aka-0
Plop ;3

Les derniers articles par Quentin Gourvennec-Verwaerde (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *