Sweet Home affiche
Découvrez le RPG-Horror avec Sweet Home

Sweet Home est un RPG méconnu sorti en 1989 sur Famicom, la Nintendo NES Japonaise. Le jeu a été développé par Capcom et n’as jamais eu le droit à une traduction officielle, cependant vous pouvez facilement trouver le jeu (ici par exemple) en version anglaise grâce au travail admirable de certains fans acharnés.

Sweet Home est un jeu que j’affectionne particulièrement, puisque c’est un très bon RPG avec des éléments de gameplay originaux et une ambiance très travaillée et surprenante pour son époque. On incarne dans Sweet Home une équipe parti enquêter sur la mystérieuse disparition, il y’a déjà 30 ans de cela, d’Ichirō Mamiya. Juste après avoir ouvert la porte du manoir de Mamiya, le fantôme d’une étrange femme apparaît et scelle l’entrée de la demeure. Une aventure atroce commence pour notre fine équipe, où ils vont devoir tenter de survivre aux multiples pièges et monstres de la battisse tout en tentant de résoudre les mystères entourant la disparition d’Ichirō Mamiya.

Sweet Home Wraith
La demeure de Sweet Home est squatté par des esprits peu accueillants

Et quand je parle de survie, c’est au sens propre : Sweet Home proposait un système de mort permanente pour vos personnages. Petit détail morbide, les cadavres de vos compagnons d’infortune restaient sur les lieux du drame, et vous pouviez interagir avec leurs inventaires. Cela confère au titre une ambiance vraiment unique, et vient renforcer une direction artistique déjà impressionnante pour un tel support.

Le gameplay de Sweet Home est assez unique, on peut même facilement le qualifier d’ovni : tour à tour jeu d’horreur, de rôle au tour par tour, il propose aussi des « quick time events » où l’on doit éviter des objets et surtout de longues phases d’exploration pour trouver la sortie de ce maudit Manoir hanté.

Mais ce que je préfère dans Sweet Home c’est sa gestion complexe et tendue de l’inventaire, qui oblige à réfléchir tant l’espace dans votre sac est limité. Chaque personnage ne peut porter que deux objets, et pour survivre il va falloir faire des choix drastiques : prendre une planche ou une potion de vie en plus, s’équiper d’un double du briquet ou transporter une clef. Il faut aussi savoir que chaque personnage dispose d’un item unique, à usage infini, et qui remplace certains items du jeu : c’est une raison supplémentaire d’éviter un mort, puisque ça vous obligerait à trouver un objet semblable,e t surtout à le transporter.

Il est aussi important de savoir que Sweet Home a été un élémental central à la création de la série Resident Evil : le premier jeu de la série devait à l’origine être un remake en 3D de Sweet Home, et on trouve de nombreux éléments communs aux deux jeux, mais aussi avec Resident Evil 4. Shinji Mikami, le créateur de la série Resident Evil a d’ailleurs travaillé sur Sweet Home.

J’espere vous avoir donné envie de vous lancer dans une partie de Sweet Home, et on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle image.

Plop ;3

Quentin Gourvennec-Verwaerde

Passionné de Tokusatsu et accro à ma PSVita, je suis aussi chasseur de trophées à mes heures perdues : www.psnprofiles/aka-0
Plop ;3

Les derniers articles par Quentin Gourvennec-Verwaerde (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+

2 commentaires sur “L’image de la semaine 2 – Sweet Home

  1. C’est bizarre, l’image on dirait une version malsaine d’une affiche de Star Wars :p

    Sinon, bon article, ça m’a fortement donné envie de me faire le jeu, le premier Resident Evil restant un de mes jeux d’horreur favoris, je pense que jouer à l’un des softs l’ayant « inspiré » ne pourra que me plaire.

    1. Ce qui est génial en étant fan de Resident Evil, c’est de trouver les points communs entre Sweet Home et les jeux de la série : t’as des passages assez fou comme une salle où des armures de chevaliers t’attaquent, ou un jardin labyrinthique rempli de chiens sauvages.

      Et le jeu a très bien vieilli, malgré le nombre de touches limité de la NES ça reste un RPG très agréable (enfin façon de parler, vu l’ambiance très gore du titre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *