Critique de Remember Me [PS3]

Remember me Critique Band of Geeks 2

Remember Me, un jeu que j’aimerais oublier

Produit par les petits français de Dontnod, Remember Me est un projet colossal ayant demandé énormément d’investissement de la part d’Alain Damasio, écrivain renommé et co-fondateur de Dontnod.

Remember Me est un de ces jeux dont le développement n’a pas été des plus facile, puisque avant d’être finalement édité par le géant japonais Capcom le titre de Dontnod devait être une exclusivité pour la PlayStation 3 de Sony, qui a préféré annuler le deal en cours de route.

Sony a-t-il eu raison d’abandonner Remember Me ou aurait-il du faire confiance aux développeurs de Dontnod ?

Remember Me, livre ou jeu ?

Remember Me HD Desktop Background

Remember Me plonge le joueur dans un univers post-apocalyptique où Nilin, une terroriste, tente de retrouver les fragments de sa mémoire tout en essayant de renverser le système totalitaire qui gouverne la ville de Néo-Paris.

Nilin est capable d’absorber les souvenirs des gens mais aussi de les remodeler à sa guise pour tromper ses ennemis. Tout cela se traduit par des séquences de jeu très intéressantes sous forme d’énigmes où l’on essaie de découvrir la bonne combinaison d’événements, pour déclencher une réaction émotionnelle forte ou un changement total de comportement sur un personnage. Seul souci, ces séquences de re-modelisation de la mémoire sont au nombre de trois, ce qui fait « un peu » léger quand c’est l’attrait principal du jeu et surtout sa seule originalité.

Remember me propose une idée de départ assez originale et un univers loin d’être vilain. On retrouvera même par la suite des décors vraiment somptueux et la direction artistique du titre de Dontnod est surement l’un de ses plus grands points fort.

Mais voila, faire un jeu c’est un tout et un bon titre n’est pas juste un scénario agréable ou une excellente idée balancée « comme ça ». C’est aussi une interface et un gameplay, un level-design et des mécaniques de jeu qui sont pertinentes du point de vue du scénario.

C’est quelque chose qui peut paraître évident mais ce concept ne semble pas du tout avoir été intégré par l’équipe de Dontnod et Alain Damasio. Les interviews de Damasio que j’ai lue et les recherches que j’ai faite sur Remember Me avant d’écrire ma critique montre une  véritable obsession pour l’écriture du titre, la création de l’univers de Remember Me et la mise en place d’une énorme bible pour servir de base de travail aux développeurs.

« [Alain Damasio] établit les deux premières bibles narratives du jeu AAA Remember Me (univers narratif, thèmes et personnages) avant de diriger un atelier d’écriture de sept personnes pour établir la bible complète de 1000 pages et la première version du scénario. Stéphane Beauverger la réécrira ensuite six fois pour l’adapter aux contraintes du jeu vidéo »
(source)

Et donc pendant qu’Alain Damasio et les scénaristes de Plus Belle La Vie (non vraiment, je suis sérieux) écrivaient pour la troisième fois la bible de Remember Me, le reste de Dontnod programmait un beat them all enfermé dans des couloirs minuscules. Un système de jeu à des années lumières de l’idée qu’on pourrait se faire de Nilin, un personnage qu’on imagine furtif, habile et surtout pas comme la nouvelle entrée au casting d’un Street of Rage.

Sony avait d’ailleurs donné un avis plutôt négatif sur l’orientation très baston que prenait Remember Me, en conseillant à Damasio et son équipe d’adopter une approche plus proche de la licence Assassin’s Creed pour le jeu. Une inspiration qui colle déjà beaucoup plus à l’univers du titre, mais malheureusement cette proposition est restés sans suite.

Remember Me Nilin Hélico vol de mémoire

L’échec d’un gameplay

Remember me Critique Band of GeeksComme on vient de le voir, le gameplay de Remember Me est loin d’être adapté à l’idée du jeu mais il me semble important de revenir un peu plus en détail sur le système de combat, intéressant bien que terriblement perfectible.

Dontnod a produit avec Remember Me un beat them all très rythmé : pour réaliser vos combos il faut en effet suivre un rythme bien particulier et un enchaînement de touches précis. Ces touches sont d’ailleurs paramétrables, pour offrir un bonus à chaque fois qu’elles sont pressées : soin pour Nilin, dégâts supplémentaires ou réduction de l’attente pour déclencher un pouvoir spécial.

Sur le papier cette création de combos, baptisé Combo Lab, est une bonne chose mais en pratique cela devient vite fastidieux. On passe trop de temps à naviguer dans les menus de Remember Me pour modifier une chaîne de 3 touches, sans jamais avoir la possibilité de sauvegarder ses combos et surtout il n’y aucune différence entre les bonus d’une même classe. Un sensen, comme le jeu les appellent, de type dégâts supplémentaires fera toujours le même nombre de dégâts quelque soit celui que vous choisissez : en gros la personnalisation est limité au strict minimum et vous devrez vous contenter d’animations différentes pour vos coups.

Mais les combos deviennent vite inutile quand on peut passer les deux tiers de Remember Me à spammer sans relâche … le spammer, une sorte de pistolet accroché au bras de Nilin et qui se révèle plus efficace pour faire avaler son extrait de naissance à un ennemi que les poings de notre héroïne.

Dernier point qui me semble important de souligner, la caméra de Remember Me est surement plus ATROCE que j’ai vu dans un beat them all depuis la sortie du dernier Ninja Gaiden. Les contrôles du jeu sont parfois approximatifs, et les réactions à la pression de la touche d’esquive aléatoire, mais c’est vraiment cette saleté de camera qui va vous tuer le plus souvent dans Remember Me si vous tentez de jouer en difficulté Chasseur de Souvenirs.

Remember Me Nilin menotte

En conclusion de cette critique de Remember Me

Le plus triste dans Remember Me c’est de constater que le scénario n’arrive même pas à sauver le jeu du naufrage, bien au contraire. Bourrée de clichés, de personnages transparents et de rebondissements digne d’un feuilleton sur une chaîne de télévision française, l’histoire de Remember Me est au mieux médiocre. J’aurais au moins aimé voir le jeu décoller vers la fin, mais même les dernières révélations sont prévisibles et font clairement retomber un soufflé déjà pas bien gonflé par les six heures qu’il m’a fallu pour arriver au boss de fin.

C’est un constat assez triste pour un jeu qui a pris autant de soin avec l’écriture. Je pense sincèrement que Remember Me avait les atouts pour devenir un bon jeu, ou au moins un titre original et intéressant. Cependant pour en arriver là il aurait fallu confier le projet à quelqu’un avec une vision beaucoup plus globale de ce qu’est le jeu-vidéo, et ne pas se concentrer uniquement sur un travail d’écriture nécessaire mais pas aussi important qu’il l’a été au cours du développement de Remember Me.

Plop ;3

Quentin Verwaerde

Passionné de Tokusatsu et accro à ma PSVita, je suis aussi chasseur de trophées à mes heures perdues : www.psnprofiles/aka-0
Avatar
Plop ;3
Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

Laisser un commentaire