band of 8mm agents tres speciaux code uncle band of geeks

Band of 8mm se penche sous sur Agents très spéciaux : Code UNCLE

Agents très spéciaux : Code UNCLE est une comédie d’espionnage britannico-américaine réalisé par Guy Ritchie, sortie en France le 16 septembre 2015.

SYNOPSIS

Vous prenez une guerre froide et deux agents secrets que tout oppose (à part le physique de dieu grec). Le premier, américain, incarné par Henry Cavill (précédemment vu dans le rôle de Superman, ici dans un rôle ressemblant beaucoup à Superman) et le second, soviétique, incarné par Armie Hammer (précédemment vu dans le rôle du membre d’un duo star d’une vieille série télé dont je n’avais jamais entendu parler avant l’adaptation au cinéma, et ici faisant la même chose). Les deux doivent travailler ensemble, avec l’aide d’une jeune allemande (Alicia Vikander, précédemment vue dans le rôle d’une machine essayant de faire croire qu’elle a des émotions humaines, ici… enfin, bref) pour contrer les seules personnes pouvant faire croire que la CIA et le KGB sont des gentils, à savoir des anciens nazis et une bombe atomique.

L’alliance de circonstance entre soviets et américains avec une arme nucléaire en guise d’enjeu est tout à fait fonctionnelle et je ne vois pas comment il aurait pu en être autrement.

band of 8mm agents tres speciaux code uncle band of geeks (2)

ET DONC

Ces films sont quand même très cons. Vous saviez en quoi consiste le métier d’espion, de nos jours ? Déjà, il n’y a pas d’identité secrète parce qu’on peut très facilement rechercher un nom, et un faux nom qui n’a ni profil sur des réseaux sociaux, ni historique bancaire ni trace professionnelle, c’est bizarre. Ensuite on mène peu d’opérations soi-même, on prend plutôt contact avec des autochtones qui peuvent nous fournir des renseignements pendant qu’on reste peinard à écrire des rapports à l’ambassade. Et on a l’immunité diplomatique aussi.

Là, premier truc que font Dupond et Dupont, c’est réveiller tout Berlin-Est à coups d’accidents de bagnoles et de fusillades. OK, c’était les sixties, mais bon.

LE FILM, JE VEUX DIRE, IL EST BIEN ?

Là où je veux en venir, c’est qu’il est assez symptomatique de la relation que peut avoir Hollywood à la réalité. La réalité n’est pas sexy, et Guy Ritchie ADORE ce qui est sexy. Donc nos deux agents pourraient faire virer de bord bon nombre de militants de la manif pour tous, par leur physique ou leurs manières, adorables jusqu’à leur façon de s’envoyer des piques. En plus on a Hugh Grant qui se pointe dans la deuxième partie du film, heureusement qu’Alicia Vikander veille à ce que les quotas d’hétérosexualité soient respectés, merci seigneur Jésus.

Enfin, gay ou pas, ils sont marrants à regarder et la réalisation a du style (Ritchie a fait Snatch, quand même). Ca vire un peu plus chiant quand les présentations sont finies et qu’ils décident enfin de faire leur boulot correctement – d’ailleurs j’ai un peu oublié la résolution de l’histoire – mais ça passe. Bonne bande-son, aussi.

EN BREF

C’est un peu comme un mojito avec les copains un vendredi soir. C’est branchouille et ça détend après le travail, mais le lundi vous n’y penserez déjà plus.

Kévin Nguyen

Kévin Nguyen

Croisement entre un ours, un paresseux et un chroniqueur sarcastique. Je critique des films comme ça me vient, c'est-à-dire de façon informelle, un verre à la main et sans doute en sous-vêtements.
Kévin Nguyen

Les derniers articles par Kévin Nguyen (tout voir)

Partagez nos articles ;) Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Google+
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *